22 décembre 2008

Coming soon : season 2

Attention mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer.
Et en attendant, vu que je me barre en vacances, je vous laisse en paix une petite semaine.
Joyeux Noël à tous.

17 décembre 2008

L'Appart' 70


Et voilà... c'est la fin de cette triste épopée ("Oooooh !"). Je sais, c'est un peu sec, mais j'aime bien. Mais pas de crainte, si ça vous intéresse ("Ouiiiii"), je continue avec une autre thématique. Dès la semaine prochaine.

12 décembre 2008

L'Appart' 69

Avant-dernière planche. Ne vous attendez pas à une fin sublime avec musique symphonique, vous êtes prévenus...
Ah, pour la référence chez Maliki... ben va falloir chercher vous-mêmes, parce que j'ai pas réussi à la retrouver. Une bonne occasion d'éplucher cet excellent blog...

02 décembre 2008

Petite ourse

Et voilà. On s'escrime à faire monter la sauce, on lance le buzz, on crée l'événement, et paf ! De sinistres concurrents sortent un scoop qui vous éclipse totalement.
Alors moi, je reviens tout gentil pour relancer mon pauvre blog moribond, je m'en vais sur le forum des fans de Sentaï School (vu qu'il n'y a que là que j'ai quelques lecteurs) en me demandant déjà comment je vais faire pour discrètement lancer la rumeur que "Neil a remis ça", et qu'apprends-je ?
Que la petite sœur du Poussin est née.

Oph, on ne se connaît pas assez pour que je passe te voir à la maternité, mais toutes mes félicitations pour cet heureux événement. Et un petit dessin pour fêter ça.

L'Appart' 67


Yoohoo, allez, on reprend la publication.
Je me suis remis à griffonner depuis quelques semaines sur des bricoles de droite et de gauche, et je me suis dit qu'avant de poster ça ici, il faudrait quand même clôturer la saga de l'appart'. Alors j'ai bricolé une fin de saison (toujours d'après du vrai vécu bien sûr), qui s'achèvera donc à la page 70.
Puis j'enchaînerai (si j'ai le courage) sur une saison 2 qui sera vraisemblablement beaucoup plus décousue (euh...). J'espère que tout ça vous plaira, merci à tous ceux qui auront le courage de me lire.