29 juillet 2011

Bonnes vacances

Waouh, en plus je réalise que c'est mon 300e post sur ce blog. 
Je reviens donc mi-août, mais en principe la suite et fin des Prétendants d'Elya devrait venir combler le gap au rythme de deux-trois épisodes par semaine (si la programmation ne déconne pas, comme elle en a l'habitude).

27 juillet 2011

Henri Potier 7.2 : ouf !


Voilà, Harry Potter, c'est enfin fini. Enfin, techniquement, ça fait un bail que c'est fini, vu que les films (en dehors du 3 et du 4) n'apportent rigoureusement rien aux livres (et c'est pas l'introduction de la 3D qui y a changé quoi que ce soit), mais bon, là on en a pour quelque temps avant qu'ils nous ressortent une adaptation (encore que... je le sentirais bien en série animée).

En attendant, n'oubliez pas cette belle morale de la série : 
"Le pouvoir de l'amour est toujours le plus fort. Surtout si vous avez la bonne baguette !"

25 juillet 2011

Geoooorges !

J'aurais bien participé (en BD), mais je n'ai pas trop le temps, je me contenterai donc d'un petit dessin.
Et de vous signaler que mon amie Kelka et sa complice Ziaux ont proposé une version personnelle très, très chouette de Tonton Nestor, pour laquelle je vous encourage à aller voter.


Et n'oubliez pas, le Championnat du monde des Brassens, c'est super open, il suffit d'être moustachu.

22 juillet 2011

Les Prétendants d'Elya (7)





Un nouvel épisode. Je tire un peu à la ligne en ce moment, mais j'ai du monde à la maison, c'est un peu duraille de dessiner en ce moment.



Le Bal

Pendant mon… disons « indisposition », le tournoi s’était achevé par un duel Galaad/Pelenor paraît-il anthologique, mais comme je l’ai raté vous n’en aurez pas le récit. J’appris par la suite que Pelenor l’avait emporté, sans toutefois que le protecteur n’eût à rougir de sa prestation. Le chevalier avait déclaré publiquement qu’il ne comptait pas épouser la princesse, une autre beauté ayant ravi son cœur, mais il avait accepté comme un honneur le baiser offert au vainqueur, ainsi qu’une coupe d’or qui « ferait très joli sur la cheminée du salon », avait amicalement persiflé son adversaire et néanmoins ami.
Le soir de la joute était donné un grand bal auquel pouvaient assister tous les participants. La cérémonie avait lieu dans le palais et avait été organisée en grandes pompes : orchestre, balcon romantique donnant sur les jardins et sur le ciel de jais illuminé par la lune gibbeuse, des kilomètres de buffet et une piste de danse vaste comme une petite arène. La salle de bal elle-même était immense, toute de tons pastel, les colonnes gigantesques étaient rehaussées de sculptures délicates représentant de petits angelots aux fesses potelés, signe non pas d’une grande ferveur religieuse mais des mœurs assez peu louables du monarque Glador XVII, dit « le Juste », dit aussi « Trape-trape », « le Loup » ou encore « Viens ici gamin », qui avait régné sur les Marches quelques siècles plus tôt. Ce détail historique mis à part, les colonnes étaient impressionnantes et les élégantes tapisseries qui recouvraient les murs rajoutaient au faste de l’endroit[1]. Bref, ça payait sa chatte, on aurait presque eu honte de chier sur les murs. C’est du moins ainsi que Pelenor commenta la scène à Ingrid, qui par chance n’écoutait pas, faute du système d’intégration des données nécessaire à cette activité.
Je n’étais pas à proprement parler invité au bal, puisque je n’avais pas concouru au tournoi, et du reste les arcanes secrètes de la danse comme de la toilette m’étaient totalement inconnues. Cependant la curiosité l’emporta et j’entrai sans trop de difficultés, eu égard à ma condition de prodige, à des fins d’édification personnelles, afin d’en apprendre plus sur les mœurs de ceux qui nous dirigent. Et puis discuter avec Thallia. Un peu.
Je me suis rapidement senti assez peu à l’aise. Habitué aux longues marches solitaires en forêt, je me retrouvais tout à coup au cœur d’une espèce de panier de crabes dont les occupants ne dissimulaient que fort mal leurs intentions envers leurs interlocuteurs, intentions d’ordre généralement sexuel ou cleptomane. Comme je cherchais Thallia, je croisai quelques malchanceux du tournoi, en particulier le comte de Falonie, d’humeur modérément festive, comme on l’imagine. À demi assis sur le buffet, un verre à la main, l’homme avait quelque peu perdu de sa superbe et observait Vallach’ de loin, une lueur homicide au fond des yeux. Si le petit marquis devait régner, il ne s’était certes pas fait là un allié et aurait intérêt à surveiller ses arrières.
Au bout de la table, le ménestrel éclusait verre sur verre, espérant oublier sa défaite (ou les multiples blessures qu’elle lui avait values) et pleurant à chaudes larmes. Une jeune fille de la cour semblait désireuse de lui faire oublier ses soucis, mais l’alcool avait depuis longtemps altéré toutes les aptitudes du garçon à s’en rendre compte.

Je finis par trouver Thallia, qui animait avec entrain un groupe de jeunes gens de bonne famille. C’était de ces godelureaux vêtus à la dernière mode, avec brandebourgs, rubans et paillettes diverses, la plupart pourvus d’un nombre de décorations et de titres inversement proportionnel à leurs aptitudes militaires ou politiques. L’âge moyen n’excédait pas la vingtaine. Ils semblaient s’ennuyer souverainement à cette cérémonie, qui ne réunissait que de « grosses brutes sans cervelle », et préféraient discuter entre eux du dernier carrosse qu’untel avait acheté (avec l’argent de poche de papa), qui « le faisait carrément trop », ou encore des nuits de luxure du vicomte de la Poivrière, qui se tapait je ne sais plus quelle célébrité. Thallia semblait parfaitement entendre ce vocable et enchérissait régulièrement au grand amusement de la galerie. Elle m’aperçut soudain et un sourire envahit son visage.
« Mes amis, voici Fagus, un mien ami, prodige comme vous pouvez vous en rendre compte.
— Euh… Bonsoir », fis-je sans trop de conviction en m’introduisant dans le cercle. Effectivement, la plupart des jeunes personnes me toisèrent comme ils l’eussent fait d’un oliphant entré par hasard dans une épicerie fine. Thallia, qui avait de la bonté d’âme, entreprit de me présenter en détail chaque personnage. Il y avait là le gratin des Marches alizées, du moins la progéniture du gratin, la fraction qui n’avait jamais eu à travailler et qui, à sa plus intime conviction, n’aurait jamais à le faire. Des comtes, vicomtes, marquis divers, un assortiment (Pelenor eût dit « un banc ») de baronnes, quelques capitaines, lieutenants et colonels, les compétences professionnelles du tout avoisinant celles d’un corbeau crevé. Tous m’observaient avec le plus grand intérêt, guettant sans doute ma première phrase. Comme j’avais noté que la toilette était un de leur sujet préféré, je repérai l’étrange coiffure d’une des jeunes damoiselles de la bande et lui demandai si elle s’inspirait des coiffes de fête traditionnelles des femmes zûls des contrées du Nord. La ressemblance était il est vrai étonnante, cette forme érigée en deux direction, avec une savante spire sur les oreilles[2].
Étrangement, la personne (une baronne de je ne sais plus quoi, Roteshield je crois, sans doute une ascendance naine…) sembla très mal prendre ma remarque. Elle fit valoir que cette coupe était la dernière création du grand coiffeur (elle employait le terme un peu hyperbolique à mon goût « d’artisan capillaire ») Jean-Paul Égoutier, qu’elle ne trouvait ses origines que dans les géniaux méandres cérébelleux du créateur, qu’en outre elle n’était pas donnée et que je ferais mieux de faire attention à ce que je disais si je ne voulais pas qu’elle dise à son père de me faire arrêter. Je lui présentai immédiatement mes plus plates excuses, lui assurant que je n’avais jamais voulu l’insulter, puis lui demandai (car la chose m’intriguait) si cet égoutier avait utilisé les mêmes matériaux que les Zûls, à savoir du crottin frais de varan domestique, afin de faire tenir les cheveux dans cette position gravitationnellement instable. La jeune personne, qui déjà avait pâli alors que j’avais énoncé la profession de son « artiste », semblait sur le point de défaillir. Je suggérai alors de défaire son corset, probablement trop serré. Mon conseil seul suffit à lui faire revenir instantanément des couleurs, ainsi qu’une visible quoique incompréhensible envie de me gifler. Je décidai de laisser les rênes de la conversation à Thallia, qui semblait mieux gérer la situation. Celle-ci me posait d’ailleurs régulièrement des questions sur les animaux, sur les mœurs des campagnes, sans doute aux fins d’édifier un peu ces villageois et de leur expliquer qui étaient les gens du peuple sur lequel ils étaient supposés régner. La plupart de mes réponses, quoique parfaitement sérieuses, soulevaient des rires, ce qui ne lassait pas de m’étonner.
Comme je délaissais un peu la conversation, repartie sur les meilleures équipes de draco-polo des Marches, je vis au loin Vallach’ et le prince-marchand Argen de Jaspor, apparemment en grande conversation. Le prince avait mis la main sur l’épaule du marquis et commençait à l’entretenir à l’oreille quand Vallach’ eut un mouvement de recul que, dans d’autres circonstances, on eût volontiers assimilé à un bond d’un mètre. Il s’éloigna vivement du prince, manifestement très mal à l’aise, et il se trouva qu’il se dirigeait vers nous. Comme il me vit, il s’arrêta et prit part à la conversation.
« Que s’est-il passé avec Jaspor ? m’enquis-je, inquiet. Aurais-tu appris quelque félonie ?
— Point donc, ami prodige, répondit Vallach’, toujours peu à son aise. Il m’a juste parlé de… Enfin, il m’a proposé… Euh…
— Il vous a fait des avances, marquis ? demanda un des bélîtres du groupe, un grand échalas au regard las, ne répondant qu’au titre de colonel, et dont la science militaire avait dû se résumer à de longues parties d’échecs avec son père (et encore en avait-il sans doute perdu la plupart).
— Euh… Oui.
— Quoi ? m’exclamai-je. Qu’est-ce à dire ? Le prince serait… Enfin, il… Un inverti ?
— Eh bien, étant donné qu’il vient de me proposer la botte et que je ne peux que difficilement être traité d’androgyne, je pense qu’on peut effectivement supposer que le Jaspor est de la jaquette, démontra le courtisan.
— Ben, c’est plus ou moins de notoriété, affirma une des comtesses. Argen, le prince pédé.
— Le héros du goûter ! reprit un des garçons, à l’hilarité générale.
— Pourquoi c’est drôle ? » demandai-je discrètement à Vallach’ qui allait m’expliquer quand Azyel débarqua dans le groupe.
« Et bien, marquis de Veynes, j’espère que tu as bien profité de ta victoire ! s’insurgeait une fois de plus le mage. Sache qu’en théorie c’est moi qui devrais être félicité et adulé au cours de cette soirée.
— Euh… Azyel, je n’ai pas gagné. C’est Pelenor qui a remporté le tournoi, tu le sais comme moi.
— Oui, mais Pelenor est un vaillant guerrier, sa victoire ne m’étonne guère. Toi en revanche, tu es un peu fluet pour avoir battu Falonie.
— Fluet ? J’ai vaincu ce comte avec toute ma vaillance et ma tactique. Apprends qu’un véritable guerrier méprise la force brutale et lui préfère toujours la finesse de l’intelligence stratégique.
— La stratégie n’a cours que chez les faibles incapables de manier la hache à deux mains, j’ai fréquenté plus de champs de bataille que toi et je puis au moins affirmer cela. Même Fagus, notre bon pacifiste ici présent, pourra te le confirmer. Évidemment, derrière ton attitude empotée pourrait se cacher un fin tacticien, mais ta méthode d’approche de la princesse ne relève pas à mon avis d’un sens napoléonien de la stratégie. Non, décidément, pour expliquer ce résultat miraculeux face à un combattant expérimenté, je pencherais plutôt pour une chance insolente.
— Tu vas rire, mais je ne suis pas un grand familier de la chance », déclara Vallach’ d’un ton nettement moins solennel de l’habituel. On sentait qu’il commençait à s’échauffer, et la scène qui se profilait semblait beaucoup intéresser l’assemblée.
« En ce cas, une seule autre possibilité me vient à l’esprit. » Ce disant, le mage inquisiteur toisait Vallach’ d’un air particulièrement inquiétant. On sentait qu’un déclic s’était fait dans sa tête, et que celui qu’il n’avait jamais suspecté de quoi que ce soit de plus grave que de lâcheté venait de gravir quelques degrés dans son échelle des soupçons.
« Je flaire quelque tricherie, et peut-être même pire. Je t’ai à l’œil, courtisan. N’oublie pas cela. » Et, faisant claquer sa cape, il s’éloigna, laissant le marquis de Veynes bouillant de rage.
« L’intolérable foutriquet ! Quand je serai roi je… Saleté de mage !
— Ne te mets pas en des états pareils, mon ami, déclarai-je. Tu connais Azyel, c’est un dément qui soupçonne tout le monde. Un fondamentaliste. Il serait capable de m’arrêter pour hérésie. Souviens-toi de ses réactions face à Aléthéïos.
— Je sais bien qu’il est dingue, mais de là à… Il m’a carrément accusé de tricherie, moi ! Il n’a même pas assisté au combat ! Monsieur se fait latter la tronche comme un malpropre, et de suite, tout le monde a triché !
— Moui… Il faudrait quand même lui donner une leçon, le grobillisme a ses limites. Où sont Pelenor et Galaad ?
— Dans les jardins, avec leurs copines. M’est avis qu’on les reverra pas avant demain. Tard. Ah, tiens, v’là le plus beau qui vient se pavaner ! Quelle super soirée, vraiment ! »
En effet, le duc d’Olanie venait de passer devant notre groupe, entouré d’un cortège de jeunes filles (et de quelques jeunes hommes assez efféminés, ce qui me donna une idée).
« Hé, on pourrait le caser avec Jaspor ! »
Le silence se fit immédiatement dans le cercle. J’avais sorti ça comme ça, à moitié pour plaisanter, à moitié pour remonter le moral de Vallach’, et à moitié parce que mon verre, que Thallia n’avait jamais laissé se vider, commençait à me faire voir les choses sous un angle différent[3].
« Tu ferais ça ? demanda Thallia, son visage innocent rayonnant d’espoir. Cela m’encouragea.
— Bah… Ce serait facile, il suffit de faire croire à Jaspor qu’Olanie est intéressé, et il ira directement lui sauter dessus. Ça n’ira pas loin, mais ce peut être instructif de voir ses réactions. Après tout, on ne sait pas grand-chose des défauts du gaillard, peut-être pourrions-nous en apprendre quelque détail crucial. »
Thallia jeta un coup d’œil complice à ses camarades, du genre « je vous avais bien dit qu’il était cool ». Elle me demanda alors si je me sentais d’aller expliquer ça à Jaspor.
« Ben, euh… C’est quand même pas… Enfin, je suis prodige, je ne peux pas mentir. Enfin, je veux dire… C’est mal…
— Ah. Quel dommage, répondit-elle, manifestement déçue.
— Mais on peut recourir à un tiers. Quelqu’un qui n’a plus rien à craindre pour le salut de son âme…
— Ou dont on se moque complètement du salut », glissa froidement Vallach’ en fixant une direction précise.
Tout le groupe se retourna et nous comprîmes que le marquis considérait Azyel, qui discutait magie de bataille à proximité du prince-marchand. Je regardai Vallach’ et nous échangeâmes un sourire entendu.

Dire que le « plan » fonctionna confinerait à l’euphémisme. Trois mots avaient suffi pour motiver Azyel, qui était décidément d’humeur à rendre la justice, et pour qui « une petite mission d’infiltration serait la bienvenue ». Cette définition avait beaucoup fait rire Vallach’, j’ignore pourquoi. Le mage du feu était donc parti droit sur Jaspor et l’avait longuement entretenu à voix basse, derrière une colonne, à tel point que beaucoup conclurent qu’il se passait effectivement quelque chose. Le summum fut atteint lorsque le régulier du prince, un grand gaillard baraqué dont le pourpoint dissimulait mal les proportions bovines, vint à son tour s’entretenir avec Azyel des conséquences de sa dragouille. L’affaire finit en bagarre, au grand amusement des invités, malgré les deux ou trois projectiles mineurs que le mage réussit à envoyer[4]. De retour du bal, je raccompagnai Thallia jusqu’à la porte de sa chambre et tentai une approche maladroite, sans doute trop hardie :
« Alors… Euh… On peut… se revoir ?
— Oh, il est mignon, il a fait une approche. Ne t’inquiète pas petit prodige, pour l’instant nous sommes trop différents, mais va, et dors bien dans ton écurie. Un jour tu seras un homme. »
Ce disant, elle me tapota gentiment la tête et me ferma la porte au nez. Je retournai donc dans mon écurie, le cœur à l’envers, victime d’afflux sanguins intempestifs et me demandant si, par hasard, au cours de cette soirée certes amusante, je n’aurais pas gagné quelques points du côté obscur…


[1] Les tapisseries, elles, avaient été ajoutées sous le règne de Bilharziose II, dit « la Courante », pour des motifs rien moins qu’hygiéniques. La tradition qu’il avait instaurée avait heureusement été abolie quand les artisans de la ville avaient relié le palais au réseau du tout-à-l’égout.
[2] Les Zûls, peuple plus connu pour ses valeurs guerrières que pour son bon goût vestimentaire, voyaient en cette coiffure le pinacle de l’érotisme mondain. La plupart de leurs voisins, en revanche, auraient préféré se faire émasculer plutôt que de coucher avec la porteuse d’une telle monstruosité. La baronne faisait donc preuve d’un esprit de tolérance peu commun, ou d’une ignorance assez considérable des coutumes barbares.
[3] Un angle aux propriétés étranges, où les touts ont trois moitiés. Magie de l’alcool que nous avons tous expérimentée un jour…
[4] La « Grande Salle aux dix lustres » fut d’ailleurs rebaptisée depuis « Grande Salle aux neuf lustres et demi », et parfois « Grande Salle au trou dans le plafond ». Azyel aura finalement laissé son empreinte dans la vie mondaine des Marches.

20 juillet 2011

Et un de plus !

Moins de trois ans après la réalisation de ce faire-part (le premier de ma carrière de dessinateur), l'union de mes amis Anne et Vivien vient de produire un petit Nathan, un garçon qui devrait assez probablement devenir plutôt beau, athlétique et sympa (donc relativement agaçant).
Tous mes vœux aux parents, que j'espère voir très bientôt.

18 juillet 2011

Débrief

Cette année encore, les Javs, ce furent...

De la bouffe à gogo...
Vous connaissez Cânnes ?
Une nouvelle arrivante. Maintenant, on fabrique nous-mêmes les participants aux Javs.
Qui a dit que c'était une convention de geeks ?
Des gros flingues tenus par des gros lourds.
Du nanar, du nanar et encore du nanar !
Encore des t-shirts cool.
Le grand Splendini et son frisbee volant.
Mieux que le bronzage agricole, mieux que le bronzage cycliste,
mieux que le bronzage routier :
le bronzage basque.

Merci à tous les participants, à bientôt tous.

08 juillet 2011

Javs 2011

Pour ceux qui se demandent ce que sont les Javs, rendez-vous ici.
J'enchaînerai cette grande fête par un peu de repos, puis quatre jours de rando dans les Pyrénées, donc si le post du lundi 18 juillet traîne un peu, ne vous étonnez pas trop.

J'aurais pu vous mettre du Prétendants d'Elya tous les jours, mais bon, déjà un par semaine, c'est un peu trichette, alors...

06 juillet 2011

Les Prétendants d'Elya (6)

Il se passe des trucs. Si, si, vraiment.


Le Tournoi

Les organisateurs de l’événement avaient vu les choses en grand. Un immense champ aux portes de la ville avait été dégagé et découpé en parcelles d’inégales surfaces, destinées à accueillir les forains, exposants et autres gens de marché. À une extrémité, une immense zone était consacrée à la joute chevaline qui devait voir s’affronter les meilleurs cavaliers de la région. Un peu à côté on trouvait les carrés dévolus aux combats à l’épée, séparés par des allées dans lesquelles les badauds pouvaient librement circuler. Pour les grands combats, à partir des huitièmes de finale, on ôterait les barrières et les petits carrés en formeraient ainsi un très grand, supposé laisser suffisamment d’espace aux guerriers pour donner la pleine mesure de leur talent sans risquer d’éventrer un spectateur au passage.

J’avais décrit les prétendants comme nombreux. Ils étaient légion. Tous les hommes du royaume en état de se battre et assez jeunes pour y croire étaient venus dans l’espoir de se faire remarquer. Pas forcément de la princesse du reste. Certains étaient impressionnants mais ne brillaient sans doute guère par leur sens tactique. D’autres, au contraire, semblaient de fins stratèges, ce qui leur sauverait peut-être la vie face à des adversaires de la carrure de Pelenor. D’autres enfin n’avaient que leur candeur pour les guider, et certains pervers pariaient déjà sur les os qu’ils se briseraient au cours des duels.
« Celui-là, à mon avis, il s’en sortira avec deux ou trois vertèbres en moins, décréta doctement Galaad en désignant le barde amoureux qui composait une sérénade sur son luth. Et très probablement avec son instrument autour du cou.
— Tenu, enchérit Pelenor. Moi, je parie sur les membres cassés. Trois sur quatre, je dirais.
— Vous n’avez rien de mieux à faire que de parier sur le malheur des autres ? demandai-je irrité.
— Tu as raison, nous nous perdons en de vaines discussions, convint Galaad.
— À la bonne heure.
— Pourquoi parier sur ces gens dont nous ne savons rien ? Ce troubadour a peut-être une arme secrète, nous prenons des risques inutiles. Parions sur un cheval que nous connaissons : où en est la cote de Vallach’ ?
— Voyons… fit Azyel en consultant un tableau noir près de la loge du mage arbitre. Pour l’instant, rien de terrible, les éliminatoires devraient le laisser en état de râler… Ah, au temps pour moi, il est dans la poule du comte de Falonie.
— Le comte est vieux… commença Aléthéïos.
— “Expérimenté et dans la force de l’âge” me semblerait plus approprié, rectifia le mage du feu. Je doute que notre courtisan fasse des étincelles.
— Ou alors au sens propre. Ses dents risquent de racler le pavé de près… », plaisanta le protecteur, au grand amusement des gens alentours.

Notre groupe s’était quelque peu agrandi pour l’occasion. Thallia nous accompagnait, promenant un regard mi-amusé, mi-ennuyé sur tout ce qui passait. J’essayais de la distraire en lui contant quelques aventures ou en expliquant certains détails amusants sur les créatures et plantes qu’exposaient les forains, mais elle ne semblait pas très intéressée. Ingrid et Sidney, les suivantes de la princesse, s’étaient jointes au groupe pour suivre les exploits de leur champion respectif. Je découvris ainsi que Sidney était également mage, quoique d’un assez bas niveau. Ses yeux brillaient de malice et d’intelligence, cependant elle ne semblait pas particulièrement éprise de Galaad, du moins pas autant que celui-ci ne l’espérait. Ingrid, pour sa part, était une âme simple qui semblait faite pour s’accorder avec Pelenor : elle riait à tous ses bons mots (qui n’allaient pourtant jamais chercher bien loin) et s’arrêtait à toutes les échoppes de robes ou de tissus. Dans un autre monde, elle eût fait une fort potable pom-pom-girl.

Vallach’ ne nous avait pas rejoints, car il devait « se concentrer sous sa tente ». Nous l’imaginions assez bien se ronger les ongles jusqu’au coude après avoir appris qu’il allait devoir affronter le comte de Falonie, réputé bon bretteur dans tout le pays et même un peu plus loin.
Les cors alizéens retentirent alors, lançant le tournoi. Les éliminatoires eurent lieu dans le plus complet désordre, cependant nous parvînmes à suivre ceux de nos amis. Pour des raisons de sécurité, et pour ne pas trop réduire la population des Marches d’un coup, il avait été décidé que les éliminatoires s’effectueraient à fleurets mouchetés, du moins l’équivalent local, un grand sabre de bois inoffensif mais suffisant pour assommer un adversaire en tapant très fort.
Pelenor fit grande impression en entrant sur le carré. Son adversaire, un grand gaillard avec un physique de bûcheron, la barbe en broussaille et des épaules d’armoire normande, semblait rien moins que motivé et brandissait son sabre en bois avec une visible envie de s’en servir. Pelenor ne s’arrêta pas une seconde de marcher : il avança vers son adversaire, le frappa de son arme d’un coup de taille si rapide que l’autre n’eût rien pu faire même s’il l’avait vu partir, l’envoya ainsi valdinguer à trois mètres avec quelques côtes cassées, fit demi-tour et ressortit tranquillement du carré sous les acclamations du public.
À côté de moi, Galaad vanta son ami à Ingrid, qui n’avait pas besoin de panégyrique pour trouver son champion extraordinaire.

Un peu plus tard, ce fut au tour du protecteur qui fit une entrée tout aussi spectaculaire (sa caste attirait toujours un profond respect). Son adversaire était un combattant d’assez belle allure qui, bien que peu à l’aise avec son bâton, avait l’air déterminé à l’emporter. Le duel commença et Galaad sembla très vite en difficulté. Non que ses capacités eussent pu être mises en doute. Le problème était que sa technique de base consistait à parer de son bouclier, puis à enchaîner en une riposte rapide et fatale. Or, ici, le combattant ne lui laissait jamais le temps de contre-attaquer. En effet, notre ami parvenait toujours à parer les coups de son adversaire, s’aidant de son bouclier ou de son bâton, mais le combattant, pas découragé pour si peu, poursuivait ses attaques sans relâche et surtout sans ménager la moindre ouverture. Le duel s’éternisait donc, sans qu’aucun des adversaires ne démérite, mais au net désavantage esthétique du protecteur qui donnait l’impression de se cacher derrière son bouclier en refusant le combat.
À mes côtés, Pelenor s’escrimait à gagner Sidney à la cause de son ami, expliquant qu’il « jouait tactique », et que « plus c’était long plus c’était bon », mais ce genre d’argumentaire trivial n’avait pas l’air d’impressionner la jeune femme.
Finalement, le combattant se lassa de ce petit jeu et décida d’en finir sur un coup d’éclat. Ce fut une erreur, car Galaad avait économisé ses forces et n’avait jamais relâché son attention. Alors que son adversaire levait son sabre de bois pour le frapper à la tête, Galaad leva son bouclier en parade éventuelle et frappa par en dessous, directement au foie du combattant. Celui-ci, aveuglé par le bouclier qu’il croyait venu là par pur réflexe, en eut le souffle coupé et tomba à genoux. Du moins il fût tombé à genoux si Galaad, dans un geste peut-être inutile mais esthétique et admirablement maîtrisé, n’avait exécuté un retourné horizontal en appuyant au sol l’extrémité de son bouclier et envoyé un violent coup de pied au plexus solaire de son adversaire (du moins était-ce le plexus qui se trouvait à ce niveau à ce moment-là, ce qui était à moitié un coup de chance, car même Galaad n’aurait pu parier là-dessus). Le combattant vola hors du carré pendant que Galaad se relevait indemne et souriant, adressant un clin d’œil à Sidney. Celle-ci fit mine de ne pas le voir, mais rougit quelque peu.

Vint le tour d’Azyel. Plus grand monde ne s’intéressait aux exploits de l’inquisiteur, qui s’était attiré toutes les inimitiés du groupe, cependant nous étions tous intrigués par la vision du mage se battant à l’épée. Il fallait reconnaître qu’il avait fière allure, les bracelets de sa caste brillaient à ses poignets, sa cape incandescente flottait derrière lui et il tenait son sabre de bois d’une manière tout à fait décente. Malheureusement pour lui, son adversaire était Raoul, un des compagnons d’armes de Pelenor, qui semblait taillé à même le granite d’une montagne. Et s’il était probable que le mage, grobill comme pas deux, avait soigneusement étayé ses caracs de combats et d’épéiste, le chevalier de son côté avait apparemment opté pour une logique plus simple : « tous les XP en FORce ». Le combat ne dura pas longtemps, Azyel fut proprement éjecté du terrain et embarqué en brancard vers les tentes de soins. Quand il passa près de nous, il murmurait de faibles « ‘culés… vais tous les pourrir… salauds d’humanos… », ce qui fit beaucoup rire tout le monde.

On annonça alors le duel Vallach’/comte de Falonie. Jusque là, notre petit marquis n’était tombé que sur des adversaires de peu d’importance et l’avait emporté sans trop de difficulté. Il faut dire que l’usage d’une arme légère, maniable et inoffensive le favorisait assez dans ce tournoi où se rencontraient plutôt les amateurs d’armes lourdes et bûcheronnesques.
Le comte de Falonie était un homme impressionnant. Non pas qu’il fût immense, mais il en imposait. On devinait en lui l’efficacité, le talent, l’intelligence et la force réunis. Il devait avoir dépassé la quarantaine, mais son corps semblait encore vif et musclé. Son visage carré, ses cheveux courts et sa barbe soigneusement taillée ne cachaient pas un regard creusé par les rides mais à la détermination intacte, à travers des yeux d’un bleu d’azur. Il tenait son arme d’une main sûre et c’est sans trembler qu’il s’avança vers Vallach’ sitôt que le signal fut lancé. Sa première attaque était étudiée pour terrasser directement son adversaire, et le marquis de Veyne ne dut son salut qu’à un faux pas qui le fit passer à quelques centimètres de la lame de bois. Redressant immédiatement son arme, Vallach’ réussit à parer le coup suivant, qui ne s’était pas fait attendre, et recula cahin-caha. Le comte s’était immédiatement remis en garde, craignant une riposte sournoise. Il ne voulait manifestement pas prendre de risque inutile et pensait sans doute que l’esquive de Vallach’ faisait partie d’une technique étudiée. Comme la riposte ne venait pas (Vallach’ était plutôt occupé à chercher un moyen de déclarer forfait sans trop s’humilier), Falonie repartit à l’attaque. Là encore, le marquis s’en sortit par miracle, parant le coup de taille avec son bâton et déviant l’estoc suivant, qui arracha malgré tout une partie de son pourpoint rouge. Le courtisan sembla alors se reprendre et échangea quelques coups avec son adversaire, sans grande conviction toutefois : la supériorité du comte était évidente à tout familier du métier des armes.
Et soudain, le miracle. Falonie, désireux de mettre un point final au combat, lança une attaque fulgurante vers la tête de Vallach’. Juste à ce moment, un éclair jaillit de la poitrine du marquis. Pas grand-chose, juste un flash. Nous apprîmes par la suite que le soleil s’était reflété sur la médaille de l’Ordre du mérite de Veynes, que Vallach’ arborait en permanence sur son pourpoint (on se demandait d’ailleurs d’où il en tirait la moindre fierté, cette récompense étant héréditaire dans la dynastie des Veynes et n’ayant depuis bien des générations plus rien de méritoire). Toujours est-il que Falonie fut aveuglé pendant un dixième de seconde, que Vallach’ voulut mettre à profit pour placer sa botte secrète. S’emmêler les pieds était sans doute une manœuvre de diversion faisant partie de ladite botte, car le faisan trébucha et lança maladroitement l’extrémité de son sabre vers le haut alors que sa main gauche faisait des moulinets pour se reprendre, ajoutant à la confusion. De loin, la manœuvre pouvait passer pour une technique secrète particulièrement subtile. Le résultat, en tout cas, fut au-delà de toute espérance : le comte de Falonie, touché au menton, fut assommé sur le coup. Il resta un temps debout, la tête penchée en arrière, et finit par s’écrouler sur le dos, soulevant un nuage de poussière.
La foule demeura coite un moment, puis explosa en un tonnerre d’applaudissements pour celui qui leur avait réservé un si magnifique spectacle. Notre groupe bondit sur le carré et alla embrasser son courtisan préféré, pour qui mine de rien nous avions tremblé tout le duel durant. Juché sur les épaules de Pelenor, et par là même dominant le champ, un Vallach’ en sueur arborait un sourire incrédule, puis se reprit vite et recueillit comme il se devait les acclamations de la foule. On l’entendait de temps en temps murmurer des « pfff, trop facile ! À qui le tour ? », mais il prenait garde à ce que nous soyons les seuls à les remarquer.

Le combat de Vallach’ sonnait la fin des éliminatoires, et les huitièmes de finale ne commenceraient qu’après le tournoi de chevalerie, au cours duquel Pelenor comptait bien s’illustrer. Laissant notre ami s’échauffer (il allait notamment devoir affronter ses compagnons chevaliers, ce qui l’inquiétait fort), Aléthéïos, Thallia et moi allâmes de par le marché observer les animaux exposés par les forains. Il y avait là diverses créatures plus ou moins exotiques, notamment trois ours des montagnes assez impressionnants, que leur maître tenait d’une main sûre, quelques potames dressés à faire le beau (prouesse assez stupéfiante si l’on passe outre le côté ridicule), un snenyr, étrange bestiole à mi-chemin entre le rhinocéros (pour l’apparence) et la méduse (pour l’intellect), pourvu d’une sorte de « deuxième tête » au niveau de l’arrière-train (en fait un cartilage imitant l’extrémité cornue de la bête et destiné à tromper les adversaires) et doté de la curieuse capacité d’apitoyer ses ennemis en les regardant de ses grands yeux tristes. Il y avait aussi un montreur de skaërd, sorte de félin des plaines aux dents longues comme des poignards, qui semblait pour l’heure rassasié puisqu’il dormait paisiblement dans sa cage. Les gens évitaient malgré tout soigneusement de marcher sur la longue queue qui dépassait d’entre les barreaux.
Malgré les apparences, les jeunes mages et moi ne faisions pas que du tourisme : nous recherchions des traces de cette étrange magie que nous avions repérée aux alentours du bateau. Aléthéïos avait affirmé que l’île de la Cité de la Magie approchait des côtes, cela pouvait signifier bien des troubles au niveau des phénomènes magiques dans les environs, mais la présence de cette espèce de nouvelle sphère nous intriguait et nous inquiétait. Thallia semblait assez indifférente cependant et, comme nous approchions du temple d’Heyra situé non loin de là, elle s’arrêta auprès d’un marchand de friandises.
« Je suis heureux de voir que vous gardez la tête froide, fis-je à Aléthéïos pendant que sa collègue achetait un stock de gourmandises locales.
— Oh, nous finirons bien par trouver la solution à cette énigme. Il n’est de porte fermée qui n’ait sa clé quelque part.
— Tu es décidemment très philosophe. Peut-être pourrons-nous obtenir davantage de renseignements ce soir, au bal donné à l’issue du tournoi…
— La plupart d’entre nous y serons en effet, mais je ne compte pas m’y rendre. J’aimerais tenter de repérer R ; s’il est dans la ville et qu’il lui arrive de dormir, ses rêves devraient… »
Le mage s’était soudain interrompu alors que nous arrivions en vue du temple. Devant celui-ci se tenaient trois prodiges, dont l’un, manifestement un grand ponte, était d’une sorte que je n’avais jamais rencontrée. De la taille de Pelenor et au moins aussi musclé, il tenait un shaaduk’t terminé non par un léger renflement faisant contrepoids, comme le voulait la tradition, mais par une masse énorme, probablement capable de briser le crâne d’un pétaure adulte. À sa vue, Aléthéïos blêmit. Même face à Gorak le Borgne, je ne l’avais jamais vu dans cet état.
« Je… Je viens de me souvenir que je devais… faire des trucs…
— Comment ? Quoi donc ? m’enquis-je.
— Oh, rien, restaurer les points de magie, préparer des sorts, tu sais, des trucs de mage quoi ! On se revoit plus tard. »
Et il s’éclipsa très rapidement. Thallia revint vers moi sans s’enquérir de ce qu’était devenu son compagnon, ce que je trouvai encourageant. Nous nous avançâmes vers le trio de prodiges et je m’inclinai humblement devant le plus grand.
Son escorte était composée de deux jeunes, un garçon et une fille, qui écoutaient et exécutaient scrupuleusement les moindres ordres de leur supérieur. Par ailleurs, une étrange créature à fourrure bleutée passait d’une épaule à l’autre du géant, poussant régulièrement de petits « Drü ! ». Je reconnus précisément un drü, bestiole magique qui, si elle lui était suffisamment attachée, conférait à son porteur d’étranges dons de double vue. Celui-ci semblait plus qu’apprivoisé.
Le grand prodige était couvert de cicatrices, dont la plus impressionnante était sans doute celle qui barrant son œil gauche. Juste après venaient les deux gigantesques griffures qui labouraient son flanc droit, et dont aucun soin magique n’effacerait jamais la trace. Le reste du corps du géant était parsemé de sutures diverses qui le classaient définitivement dans la catégorie des gros bourrins de sa mère.
« Tu es Fagus, le prodige chargé de l’enquête sur le peuple Faë et les trouble actuels dans la forêt ? demanda-t-il d’une voix ferme et rocailleuse.
— Euh… Oui. Vous êtes les renforts promis par Teneth ? demandai-je en désignant le trio.
— Non. Eux, ce sont mes élèves. Je suis les renforts. Je m’appelle Mercutio.
— Ah… Très bien. Je suppose qu’on vous a mis au courant pour…
— La larve ? Oui, c’est fait. »
Mercutio ne semblait pas du genre bavard, il attendait que je parle. Je me mis donc en devoir de lui expliquer les tenants de l’affaire, à défaut des aboutissants.
« Très bien. Il faut retrouver la reine des Faës, mais avant toute chose arrêter la larve. La pleine lune approche.
— Vous avez une idée pour l’arrêter ? »
Un sourire barra son visage l’espace d’un instant et son œil unique brilla alors qu’il me fixait.
« Oui, j’ai une idée. »
Il me conseilla alors de ne pas m’inquiéter, m’affirmant que la cité s’en sortirait sans mal, et il m’informa de sa volonté de partir dès que possible pour la forêt afin de « s’entretenir avec la créature ».
Puis son œil se tourna vers Thallia, qui traînait non loin, observant le skaërd qui ronflait de plus belle. Il me demanda de qui il s’agissait.
« C’est l’assistante d’un ami mage des rêves. Vous la connaissez ?
— Non. Sans doute pas. »
Il me salua et partit en direction de la porte ouest de la ville, flanqué de ses deux élèves, non sans jeter un dernier coup d’œil inquisiteur à Thallia. Comme je la rejoignais, je lui demandai si elle connaissait ce prodige.
« J’en ai croisé quelques-uns dans ma vie, mais je n’aurais sans doute pas oublié cette montagne. Un ami à vous ?
— Pas vraiment. Mais il semble fort capable.
— Mmh. Une cacahouète ? » me proposa-t-elle avec un sourire.

Nous retournâmes vers les champs où avaient lieu les joutes, juste à temps pour voir Pelenor porter le coup final à son adversaire, l’un de ses compagnons que je connaissais sous le prénom d’Albert. Il remporta ainsi l’épreuve et dédia sa victoire à Ingrid, qui semblait émue aux larmes. Les cors annoncèrent alors le début des huitièmes de finale, dont l’organisation avait été affichée.
Le premier combat fut extrêmement rapide. Le barde amoureux, arrivé Heyra sait comment en huitième de finale (trois des opposants avaient dû déclarer forfait, victimes d’un cuisinier indélicat qui avait cru bon de servir des huîtres au plus grand mépris de la règle des mois en r, et un autre était un gamin du désert dont l’incompétence aux armes n’avait d’égale que la cécité), affrontait le champion d’Ircadie, Cranor. Le duel dura une dizaine de secondes, dont le barde passa la majeure partie en l’air. Il y eut finalement deux vainqueurs : le guerrier, et Azyel qui avait parié sur trois côtes cassées et une commotion cérébrale. Il n’était malheureusement lui-même plus en état de se flatter de son intuition. Quant au barde, il était finalement chanceux de s’en sortir aussi bien, la présence d’esprit de Cranor (qui ne semblait pourtant pas la caractéristique première du barbare) lui ayant fait utiliser le plat de la lame.
Le duel suivant devait voir s’affronter Galaad et Raoul, un des amis de Pelenor. A priori le protecteur n’était pas avantagé : le chevalier mesurait une tête de plus que lui et, en armure complète, brandissant son épée à deux mains d’une seule main, il ressemblait à une sorte de gigantesque crustacé de la catégorie « briseur de noix de coco ». À peine le signal fut-il lancé que les adversaires foncèrent au corps à corps. Raoul asséna de haut en bas un coup capable de fendre un bloc de marbre mais Galaad, usant de sa tactique favorite, para le coup de son bouclier et riposta dans la foulée. Son coup, bien que plus faible (il n’aurait sans doute fendu qu’un bloc de calcaire), était mieux ajusté et Raoul alla bouler à terre pour ne plus se relever. Comme les brancardiers l’embarquaient, le protecteur reçut les acclamations avec une humilité feinte, un grand sourire sur les lèvres, découvrant au public une dentition Aquafresh. Cette fois, Sidney était réellement enthousiasmée et Pelenor n’eut pas besoin de flatter plus avant son ami pour l’acquérir à sa cause.
André, un autre chevalier, affrontait le duc d’Olanie. Le jeune prétendant, dont la ville vantait les mérites et la bonté et devant lequel toutes les filles semblaient se pâmer, était un grand homme blond comme les blés, au regard bleu gris et curieusement triste. Quand il entra sur le carré, ce furent les hurlements féminins qui l’emportèrent. Ses yeux mélancoliques se promenèrent avec tendresse sur la foule et il tendit la main au public tout entier, comme un grand frère salue son cadet admiratif.
« Pff, poseur ! » s’exclama Vallach’, inquiet néanmoins puisqu’il risquait de se fader le poseur en question (enfin, dans l’hypothèse très ambitieuse où il vaincrait Pelenor en combat singulier).
Le duel fut magnifique, tout en technique et en force. Une véritable danse entre deux combattants expérimentés, un régal pour les yeux des gens d’armes. Au bout de quatre passes magistrales, André fit une erreur, invisible pour le commun, dont Olanie se saisit sans attendre. Il étala finalement le chevalier qui déclara forfait. Le duc releva son adversaire et une accolade virile solda le combat. Pelenor nous expliqua plus tard qu’André n’avait aucune intention d’épouser la princesse et qu’Olanie méritait vraiment la victoire, aussi avait-il préféré briser là avant que de se faire mal. Si quelqu’un dans la foule pensa qu’André se comportait en lopette, personne n’en fit état à haute voix.
Vallach’ entra sur le carré sous les acclamations. Tout ce que le public comptait de freluquets (et il y en avait quantité) se reconnaissait dans cet étrange prétendant à la chance insolente qui ridiculisait les plus grands guerriers du royaume. Il s’attira de plus une certaine considération en ne montrant aucune crainte quand Pelenor entra à son tour sur le terrain. Et un silence de mort s’installa alors qu’il lançait ces paroles qui devaient rester célèbres pendant maintes années :
« Sire Pelenor du Corbeau de Fer, je sais que je vous ai accordé ma protection il y a de cela quelque temps, mais je me vois contraint de revenir sur ma parole. Puissent les Grands Dragons me pardonner cet écart, qui ne m’est point inspiré par quelque vilenie mais bien par une juste cause. Seul l’amour absolu dont mon cœur brûle puit excuser pareil parjure, j’espère que vous comprendrez et ne m’en tiendrez pas rigueur. Sachez que quel que soit le résultat de ce duel, les portes des Marches alizées vous resteront toujours ouvertes, et que vous y serez toujours traité en ami de la Couronne. »
Le public, estomaqué, et nous-même restâmes bouche bée face à cette harangue. Seuls Thallia et Aléthéïos, qui avait reparu aussi mystérieusement qu’il s’était éclipsé, souriaient. Pelenor, lui, semblait se demander comment laisser quelque chose du singulier volatile qui le conjurait de lui pardonner la rouste qu’il allait lui infliger. Et il était bien embêté.
Le combat commença et Pelenor semblait s’être décidé pour une attaque pépère, histoire de ne pas démembrer celui qui était devenu son ami. Cependant il fut surpris de constater que Vallach’ esquivait assez facilement ses coups. Le chevalier, lesté de quelques dizaines de kilos d’armure, avait bien du mal à surprendre le courtisan en pourpoint, dont les mouvements vifs étaient beaucoup plus sûrs qu’ils ne l’avaient été face à Falonie. Vallach’, en terrain de connaissance, enchaînait des coups de rapière qui portaient quasiment à chaque fois, ne faisant qu’égratigner la carapace du combattant géant. Pourtant, il avait fière allure et ce n’est que par une botte de désarmement que Pelenor put lui faire lâcher son épée. Comme la lame allait se planter à quelques pas de là, le courtisan reconnut sa défaite en ces termes, restés tout aussi célèbres :
« Tu es un fier guerrier, ton habileté n’a d’égale que ta force. N’aie point de crainte, ce n’est pas un échec qui me donnera mauvaise impression de toi, j’en tirerai les leçons qui s’imposent. J’aurai besoin d’hommes tels que toi, tu pourras diriger mes armées quand je serai roi. Car la princesse n’est point dupe de ces joutes et chacun sait que l’habileté au combat n’est qu’une part de la grandeur d’un homme. J’ai plus que fait mes preuves en ce domaine, j’abandonne donc là. Va, poursuis ton chemin et vaincs sans peur, que Fagus chante sur les routes que Vallach’, marquis de Veynes, fut vaincu par le vainqueur. »
Et sur une rime, quitta la scène.

Le tabac que fit ce combat fut tel que les demi-finales passèrent presque inaperçues. C’était fort dommage, car le combat entre Cranor et Galaad eût été digne d’éloges non moins grandioses.
Le protecteur arriva sur le carré, encore un peu auréolé de la gloire qu’il avait pu acquérir jusque-là, face au champion d’Ircadie, massif et farouche, son épée bâtarde en main. Les rumeurs couraient comme quoi Cranor était en fait un ancien esclave, évadé des mines de sel ircadiennes. Il avait paraît-il chevauché à travers les steppes de ce comté aux côtés d’une bande de pillards qu’il menait d’une main de fer dans un gant de bronze, et sa force de caractère avait finalement amené le comte d’Ircadie à le convoquer poliment et à en faire un de ses proches. Il n’était pas, contrairement à ce que son apparence pouvait laisser penser, une brute sans cervelle, mais un être retors et intelligent, à la volonté farouche et sauvage. Son corps avait été forgé et poli par la vie au grand air et les combats, et il était évident que son adresse à l’épée n’était pas une légende.
Galaad lui-même n’était pas exactement un débutant. Azyel, qui allait mieux et était revenu en boitillant, nous expliqua que le protecteur avait plus que fait ses preuves dans son académie et que son allégeance aux Grands Dragons n’avait d’égale que la subtilité de son jeu d’épée. Il maîtrisait douze bottes secrètes, dont il avait personnellement créé la moitié, et avait toujours un atout dans sa manche. N’était sa passion un peu triviale pour les rondeurs féminines, il serait l’incarnation parfaite de la caste des protecteurs, digne successeur du grand Arathorn. Le mage du feu fut interrompu par la toux d’Aléthéïos, que l’anecdote semblait beaucoup amuser. Le combat allait commencer.
Comme s’y attendaient ceux qui savent ce qu’est réellement un duel, celui-ci dura moins de cinq secondes. Les mouvements des deux combattants s’enchaînèrent avec une perfection et une précision draconique. Sans doute l’issue fut-elle décidée dès le premier geste, la première posture, tant un demi-millimètre semblait susceptible de décider du vainqueur. Toujours est-il que les duellistes, après un échange d’une rapidité incroyable, se retrouvèrent immobiles dos à dos, encore en position, chacun tenant son arme. Quelques secondes supplémentaires s’écoulèrent, et finalement Cranor tomba à genoux et s’effondra la face dans la poussière. Galaad se retourna alors, dévoilant un visage trempe de sueur et une fine estafilade sur la joue gauche. Il souriait malgré tout, fier comme Artaban, et la foule lui consacra l’ovation qu’il méritait.
C’était finalement Pelenor qui allait affronter Olanie en demi-finale. Le jeune guerrier, bien que solidement bâti, n’était pas très imposant face à la masse du chevalier, mais il avait déjà montré à quel point il ne fallait pas le sous-estimer. Vallach’, à mes côtés, m’exhortait à bien observer le combat afin de détecter tout geste suspect chez Olanie. Il est vrai que l’apparente perfection du personnage était chose surprenante, et je n’eusse pas été autrement étonné qu’il fît usage de magie ou de quelque tricherie pendant la lutte.
Mais le combat fut exemplaire. Là encore, une démonstration martiale de toute beauté, au long de trois minutes intenses où la plupart des spectateurs retinrent leur respiration. Les échanges furent nombreux et millimétrés, mais ce fut finalement Pelenor qui l’emporta, mettant son adversaire à terre avec une sale blessure au poignet. Nombre de jeunes femmes pleurèrent la défaite de leur idole, mais le jeune comte se releva et salua respectueusement le chevalier, reconnaissant sa défaite, et partit se faire soigner par les mages de sa suite.
Les mages arbitres le freinèrent cependant dans son élan, afin de vérifier quelque chose.
« J’en étais sûr, je le savais, fit à mes côtés un Vallach’ en grande forme. Il a dû utiliser un sort, genre Eupéau ou Pobelj, pour augmenter sa force ! Quel immonde personnage, quelle honte, quel… Qu’est-ce qu’ils font ?
— Je crois qu’ils le laissent partir. Un des mages a dû avoir un doute, infondé apparemment. Ce type a vraiment la classe : tu as vu comme il a souri aux juges, s’est laissé examiner, puis est reparti avec un salut ?
— Et gnagnagna et gnagnagna… »

Vallach’, de nouveau dégoûté, partit se perdre dans le marché, talonné par Azyel qui n’avait lui-même pas la grande forme, et qui se demandait comment il avait pu perdre aussi radicalement alors qu’il avait fait un critique à 5 + 3 réussites en dé bleu. Galaad comptait récolter les lauriers de sa gloire avec Sidney et semblait penser qu’une balade dans la verte campagne serait plus idoine à ses projets qu’une visite du marché aux bestiaux. Aléthéïos avait de nouveau disparu mais Thallia était toujours là et je lui proposai de retourner vers le centre, suivant ainsi un Pelenor au bras d’une Ingrid aux anges.
Alors que nous approchions de la place des montreurs d’animaux, nous entendîmes des hurlements et nous précipitâmes. Les créatures étaient très nerveuses. Les ours ne tenaient plus en place et le dresseur essayait vainement de les rentrer dans leur cage, alors que le snenyr commençait à bouger en tous sens, menaçant à tous moments d’écraser un passant. Plus loin, le skaërd qui avait été sorti de sa cage tirait sur sa chaîne et tentait de dévorer tout ce qui passait à sa portée, générant une petite panique dans la foule. Je la sentis alors : une vague de haine, de folie furieuse en provenance de la forêt, une frustration immense qui se propageait à tous les êtres liés à la nature. Les bois étaient en manque.
Tout se déclencha très vite : on eût dit que tous les piquets cédaient en même temps. Je me précipitai vers les ours pour les calmer pendant que Pelenor approchait du snenyr qui cahotait indistinctement. Levant les bras, j’implorai mentalement les grandes créatures d’apaiser leur courroux, mais elles ne semblaient pas enclines à la négociation. Les trois ours me regardaient étrangement, comme un brigand de grand chemin armé regarde un voyageur lui demander l’heure, et je compris que je n’arriverais à rien avec eux.
« Pelenor !
— Oui ?
— On échange ! »
Le chevalier prit donc ma place face aux plantigrades furieux, alors que je me préparais à affronter le pire animal de la Création.

J’avais déjà évoqué le physique peu avenant du snenyr, y compris sa curieuse « deuxième tête » sur l’arrière-train. J’avais cependant omis un détail physiologique intéressant, afin de ne point trop user la patience de Thallia : le snenyr, reptile le plus stupide jamais répertorié[1], a sept cerveaux. Ce qui pourrait être un avantage constitue en fait un handicap inhabituel, car les sept encéphales sont totalement indépendants et se relaient aléatoirement dans la direction des affaires internes du corps. De fait, selon le cerveau qui le contrôle sur le moment, le snenyr n’ira pas dans la même direction, à la même vitesse, ni dans le même but. Il en ressort une espèce de démarche chaloupée et indécise, à mi-chemin entre la charge du rhinocéros et la marche de deux hommes au bord des quais après un soir de grande beuverie, quand le soutien que l’un apporte à l’autre ne fait qu’additionner les instabilités de chacun[2].
La masse énorme de la créature semblait néanmoins déterminée à courir, peu importait la direction, et je savais que d’une manière ou d’une autre elle allait finir par faire du dégât. Je cherchais donc un moyen de la vaincre sans la tuer, car la malheureuse bête n’était pas responsable de ce qui lui arrivait, et sans la regarder dans les yeux, car sa technique d’apitoiement était réellement redoutable. Je finis par opter pour lui briser deux pattes du même côté, ce qui devait logiquement l’empêcher de bouger autrement qu’en rond.
Comme je m’activais à donner de grands coups de shaaduk’t sur la patte avant droite, en faisant garde d’éviter la charge désordonnée du quadrupède, je vis du coin de l’œil que Thallia s’était élancée vers le skaërd qui avait brisé sa chaîne. Je l’espérai de taille à se sortir de ce pétrin, car je ne pouvais me permettre de laisser mon bestiau seul. Au bout de deux ou trois coups de masse, la cheville de l’animal accusait un angle bizarre avec le reste du membre. Le snenyr, toutefois, ne s’arrêtait pas pour autant, trop stupide pour en même temps et charger, et ressentir la douleur d’une patte cassée. Comme il repartait vers le mur, dans une direction où plus personne ne se trouvait, je détournai le regard vers Pelenor.
Celui-ci, après avoir envisagé un temps de forcer les ours à rentrer dans leur cage, avait fini par opter pour une alternative plus dans sa nature et avait défouraillé son épée à deux mains. Les malheureux plantigrades n’avaient pas eu l’ombre d’une chance, le troisième était mort à peine une seconde après le premier, décapité proprement. Les explications avec le propriétaire s’annonçaient houleuses, d’autant que Pelenor comprenait mal pourquoi « il lui en voulait alors qu’il avait fait exactement ce qu’il fallait. »
Je revins à mon snenyr et commis la bourde de l’année. Le pachyderme s’était retourné vers moi et je venais de plonger mon regard droit dans le sien. Ses grands yeux humides déversèrent aussitôt leur pouvoir délétère sur mon esprit et je sombrai dans une profonde dépression. Les larmes coulaient par flots de mes yeux et j’hurlai à la mort, tant et si bien que Pelenor se retourna et bondit à ma rescousse. D’un coup d’épée, il estropia la patte arrière de la bête qui s’écroula stupidement sur le côté, se demandant probablement (si elle avait trouvé avec quelle tête penser) pourquoi le sol était tout d’un coup devenu vertical.
Mes sens furent troublés à la suite de cette déplorable aventure et je ne me remis que quelques heures plus tard, au temple d’Heyra où on m’avait conduit. Plus tard, Vallach’ m’expliqua que je m’étais mis à hurler, en larmes, contre Pelenor qui avait « fait du mal à la pauvre bêêêêêête ! » Olanie avait surgi de son côté et ligoté solidement le skaërd, que Thallia semblait de toutes façons maîtriser sans trop de mal grâce à ses sortilèges du rêve. Pelenor, lui aussi, avait été atteint par les pouvoirs du snenyr, mais il n’avait pris qu’une faible dose et seule une larme coulait sur sa joue quand Ingrid le prit dans ses bras pour le consoler, le traitant de « grand sensible, c’est si rare chez les hommes. » Galaad rajouta perfidement, lors du récit que l’on me fit de la scène, que Thallia avait émis quelques remarques peu flatteuses quant à ma conduite. Elle n’avait apparemment été que peu impressionnée par mes prouesses, qui à ses yeux s’étaient limitées à fondre en larmes devant un potame mal fichu et estropié.


[1] Et non pas « animal le plus stupide », puisqu’il est battu à plate couture par le pigeon et la poule.

[2] Pour ceux qui s’étonneraient qu’une pareille créature ait pu survivre au long de l’évolution, au mépris des plus élémentaires lois darwiniennes, j’ajouterai à cette liste de défauts une saveur organoleptique à mi-chemin entre le chacal crevé et le vieux pneu bouilli. Les campagnes menées dans le but d’éliminer cette vermine cahotante de nos campagnes se sont toutes soldées par des échecs peu retentissants, les exterminateurs étant la plupart du temps rentrés chez eux en pleurs, se fustigeant d’avoir failli « faire du mal à de si gentilles petites bêtes ».

04 juillet 2011

De la noble cité de Besançon

Quelque part entre les Vosges et le Jura se trouve le Doubs, un département dévolu de tous temps aux attaques de barbares germains ou helvètes venus de l'Orient mystérieux. Heureusement notre bon roy Louis XIV eut la bonne idée de s'adjoindre les services d'un certain Sébastien Le Prestre de Vauban, ingénieur de son état et pas trop mauvais en gestion de gros cailloux.

Seb de Vaub', comme on l'appelait alors, représenté ici lors de ce dialogue historique avec un ami ingénieur de passage en la cité bisontine : "Tu vois Seb, moi, là, j'aurais plutôt mis une échauguette !"

Ainsi, la ville de Besançon, judicieusement surnommée "cité aux sept collines" (comme la moitié des cités romaines apparemment), eut-elle droit à sa citadelle.

Allez les Schleus, viendez-y, on vous attend !

Une PUTAIN DE SA RACE DE CITADELLE !


Cherchez dans le dictionnaire à F : "Fortifications".

Dans les douves, Seb eut l'idée d'élever des babouins mangeurs d'hommes. Ceux-ci terrorisaient les attaquants de leurs cris perçants et les perçaient de leurs crocs terrifiants.

Les douves. Je vous JURE qu'il y a des babouins dedans !

Afin de s'assurer une victoire sans failles, Vauban fit venir du lointain Orient et de l'Afrique noire moult espèces exotiques autant que mortifères, qu'il élevait en secret. Le dynaste hercule géant, dont deux représentant s'entraînent ici au combat, en est un des plus petits représentants.

Le dynaste hercule. Comment veux-tu ?

Au cœur des bastions, diverses espèces de singes hurleurs, d'hyènes des cavernes, de tigres de Tasmanie, de pangolins de guerre, d'axolotls venimeux et d'hélodermes de bât attendaient leur heure, excités par les éleveurs royaux.

Les cages des singes cannibales.

Bref, Besançon, à l'époque, n'était pas cette ville inspirant un gros soupir ("Pffff ! Voir Besac et mourir !"). C'était une PUTAIN DE SA RACE de place fortifiée, que les barbares pouvaient toujours s'accrocher pour prendre. Si un jour vous passez par là, allez donc voir, ça vaut (vraiment) le détour.

Les remparts, derrière lesquels on se dit qu'à une époque, être français, selon les valeurs en usage à ce moment-là naturellement, ben c'était quand même la classe !

01 juillet 2011

Les Prétendants d'Elya (5)

Ouais, ok, c'est pas moi qui l'ai dessiné celui-là...
Je suis un peu à l'arrache sur mes dessins, alors je vous mets vite fait un chapitre pour le week-end, et je file à Besançon.
Besançon ? Sérieux ?
Ouais, Besançon !


La croisière s’éclate

Le lendemain, Vallach’ vint prendre son petit-déjeuner avec un peu de retard et les yeux bouffis de sommeil. Il ne résista néanmoins pas à nous faire un romanesque résumé de ses péripéties nocturnes. Cette fois-ci, deux jeunes filles étaient présentes, toutes deux aux yeux verts, l’une brune, l’autre châtain. Il les avait baratinées toute la soirée, apparemment sans réussir à déterminer qui était qui…
« Attends, interrompit Galaad, tu ne leur as même pas demandé leur nom ?
— Ben… Si, en fait, à moment donné j’en pouvais plus, je leur ai demandé qui elles étaient par rapport à la princesse.
— Et elles ont répondu…?
— Qui sait ?
— Khy ? Putain, il est partout ! » s’exclama Pelenor avant de s’esclaffer devant sa plaisanterie.
« Et toi, chevalier, ça n’a pas marché hier soir ? glissa sournoisement Azyel.
— Comment ça ? Que veux-tu dire ?
— Ne me raconte pas d’histoire. Je t’ai bien vu discuter avec Thallia, avant d’aller me coucher. Or il ne me semble pas qu’elle soit sortie de ta chambre ce matin…
— Espèce de fouine inquisitrice, tu espionnes donc tout le monde ! » s’insurgea Pelenor. Puis, à Aléthéïos : « Je dois dire que je n’ai rien compris. Ton assistante n’avait pas l’air farouche, mais au dernier moment elle m’a glissée entre les doigts ! Elle serait pas un peu… ?
— Mmmh ? fit le mage des rêves en levant le nez de sa bolée, comme s’il venait d’entrer dans la conversation. Je ne sais pas, nous n’avons d’autres relations que purement professionnelles. Bien, vous savez que les festivités commencent aujourd’hui. La pleine lune, c’est après-demain soir, qu’est-ce qu’on fait pour la fille de la forêt ?
— Je propose de pister le bateau qui l’a emmenée, suggéra Galaad. Si on retrouve l’équipage, on pourra les faire parler et leur demander où ils l’ont embarquée. »
Tout le monde approuva, à l’exception de Vallach’, qui ne comptait évidemment pas s’éclipser alors que le soir même le bal d’ouverture des festivités lui permettrait de marquer quelques points de plus avec la princesse.

Un plan subtil fut mis au point par les deux protecteurs : nous réquisitionnerions un des prisonniers humanistes, il nous introduirait sur le navire comme nouveaux membres de la bande et nous verrions bien où il nous mènerait. Cela supposait des déguisements, ce qui n’était pas pour me plaire (le prodige se contente de son pagne et ne dissimule point son appartenance), mais le temps pressait, et je ne pouvais pas laisser la créature de la forêt détruire la ville.
Le bateau arriva le soir même, comme avaient fini par l’avouer les prisonniers. Celui que nous avions nous-mêmes arrêté (et qui semblait maintenant assez terrifié par notre coterie) accepta « volontiers » de nous faire passer à bord, en échange de la vie sauve. Nous remplîmes d’eau les jarres gravées de runes qui avaient été trouvées dans la cave, afin de suggérer la présence de Fléau, et nous nous postâmes sur les quais, les visages encapuchonnés afin de n’être point reconnu. Ce qui est bien sûr totalement stupide, car personne n’est plus suspect qu’un type encapuchonné des pieds à la tête. Mais pour ma part, je n’avais guère le choix, mon crâne rasé et tatoué aux couleurs de ma caste m’interdisant toute discrétion.

La passerelle baissée, le capitaine descendit et échangea quelques mots avec le prisonnier. Celui-ci se comporta de manière exemplaire et le capitaine nous permit de monter les jarres à bord, puis nous invita à rester dans la cale en attendant l’arrivée à bon port. À peine fûmes-nous installés que j’ôtai mon travestissement et récupérai mon shaaduk’t, camouflé en bras du brancard ayant servi à transporter les jarres. Une des jarres fut ouverte, découvrant les diverses épées de mes camarades, manifestement plus rassurés une fois équipés de leurs lames. La planque commença, malgré la volonté d’Azyel d’aller directement massacrer tout l’équipage.
Le lendemain matin, le bateau fit relâche dans une petite crique, bien au nord d’Elya. Nous observions tout à travers un sabord de la coque, et nous pûmes voir approcher un individu juché sur une barque. Arrivé sur le pont, il discuta avec le capitaine en ces termes :
« Où en sommes nous de ces gêneurs ?
— Ils sont dans la cale, jetés d’eux-mêmes dans la gueule du loup. Méfiance cependant, ils sont plus forts qu’ils n’en ont l’air… 
— Et vous n’avez encore rien vu ! »
C’était Galaad qui s’était ainsi exclamé en jaillissant sur le pont à travers une écoutille, suivi de près par Pelenor, tous deux vivantes incarnations de la virilité martiale. Ils avaient vite compris que nous étions démasqués et avaient préféré jouer du peu d’effet de surprise dont nous pouvions encore disposer.
« Très bien. Arrêtez ces hommes ! » ordonna le nouveau venu, un homme massif, brun corbeau, dont le collier de barbe noire et la cicatrice barrant le visage ne laissait guère de doute sur l’initiale : c’était manifestement monsieur R. Son regard n’était pas celui d’un fou furieux, bien plus celui d’un homme fatigué. Il ne semblait pas particulièrement enthousiaste à l’idée de nous tuer, mais néanmoins résigné à le faire.
Tout l’équipage se précipita sur les deux guerriers, armé de cimeterres ou de simples gourdins, et les deux hommes en première ligne furent soufflés par une tempête de feu quand Azyel sortit par l’écoutille derrière Pelenor. Légèrement refroidis – on le serait à moins – les marins hésitèrent quelques secondes, qui furent fatales aux trois deuxièmes lignes, fauchés par les lames du protecteur et du chevalier.
Comme je sentais venir le massacre, je bondis à mon tour et attaquai au shaaduk’t un navigateur armé d’une lame courte. Mon adversaire était plus adroit qu’il n’en avait l’air, et sans doute plus habitué aux combats sur bateau, mais je réussis à le mettre hors d’état en lui brisant un genou d’un coup bien placé. Je me retournai alors pour découvrir que la bataille tournait largement en notre faveur. Aléthéïos avait à peine eu le temps de s’approcher qu’Azyel avait déjà fait rôtir la moitié de l’équipage, et Galaad et Pelenor s’approchaient maintenant de R. Celui-ci était armé mais n’avait pas défouraillé et se contentait de reculer paisiblement. Arrivé en bordure du bateau, il monta sur le garde-corps.
« Ne te battras-tu pas ? gronda Pelenor. Qui es-tu ? Nous voulons des explications !
— Elles viendront, répondit calmement l’homme en ôtant sa chemise. Vous comprendrez bientôt, mais vous n’en réchapperez pas plus.
— Tu ne peux pas aller plus loin ! N’espère pas t’enfuir par les eaux, nous avons de bons nageurs parmi nous.
— Je doute cependant que vous puissiez me suivre. Adieu. »
Et il sauta du parapet. Mais au lieu du « plouf » attendu, nous le vîmes remonter gracieusement à l’aide de deux immenses ailes immaculées accrochées à son dos. Il fila bon train et ne fut très vite plus qu’un point à l’horizon. Nous étions restés bouche bée, et même Azyel n’avait pas songé à envoyer une boule de feu sur l’étrange homme ailé.
« Bon, au moins maintenant, on sait d’où viennent ces plumes bizarres » déclara tranquillement Aléthéïos.

De tout l’équipage, il ne restait que quelques marins et le capitaine, qui avait miraculeusement survécu à la furie pyromane d’Azyel. On ne pouvait du reste pas en dire autant du navire, dont les voiles achevaient de se consumer et qui menaçait de couler à tout moment. Nous bâtîmes retraite vers la côte à l’aide du canot et commençâmes l’interrogatoire des prisonniers. Malheureusement, même Azyel dut convenir qu’ils n’étaient au courant de rien. Ils avaient juste été embauchés pour du transport, et s’ils n’avaient pas vu d’inconvénients moraux particuliers à participer à notre capture, ils ignoraient totalement pourquoi « on » nous en voulait. Du reste, ils ne savaient rien des ailes de leur commanditaire. Il les payait bien pour un travail pas très compliqué, cela suffisait à leur bonheur.
Nous nous rendîmes en un village tout proche et livrâmes les prisonniers à la garde locale. Les villageois nous confirmèrent qu’un convoi était bien passé par là à peu près un mois plus tôt, mais comme de bien entendu personne ne put en dire plus.
« Nous voici avec une nouvelle race sur le dos, souffla Galaad. Fagus, as-tu déjà entendu parler de ces hommes ailés ?
— Non point. De telles créatures me sont étrangères, mais peut-être les émissaires d’Heyra qui doivent arriver bientôt à Elya en sauront-ils plus.
— Des émissaires… ? Ah, oui, pour la larve géante. Eh bien, nous n’avons plus rien à faire ici. Où est Pelenor ?
— Je crois qu’il voulait faire un rapport à son dragon, intervint Azyel. En revanche, je ne vois pas Aléthéïos. Où est passé ce fourbe de fataliste ?
— Je crois qu’il fomente un dracocide avec les enfants du village. Je les ai vus jouer aux osselets ensemble. Sans doute une de ces fourberies fatalistes permettant de mieux se fondre dans la population.
— Ricane tant qu’il te plaira, petit prodige, répondit Azyel d’un ton beaucoup plus lugubre que celui dont il était coutumier. Tu penses sans doute que les fatalistes ne sont qu’une minorité qui prend à cœur l’intérêt du genre humain et tente de rendre plus égalitaire un système fondé sur la différence entre les deux races. Il est vrai que chez certains, la déviance se borne à abuser de l’herbe à pipe en taggant sur les murs des citadelles des propos naïvement blasphématoires. Mais tu rirais moins si tu savais de quoi sont capables les têtes pensantes, en particulier vis-à-vis de ta chère mère nature. J’en ai vu monter des nations entières les unes contre les autres, armer le père contre le fils, le frère contre le frère, l’homme contre le dragon. Des milliers d’innocents meurent pour servir leurs grands projets qu’ils sont seuls à couver, ou même à comprendre. Crois-moi, il n’y là que peu de matière à rire.
— Pour l’instant, les dégâts occasionnés à la nature et aux hommes dans le cadre de cette mission, ce sont davantage tes boules de feu que les rêves d’Aléthéïos qui en sont responsables », répondis-je un peu ébranlé malgré tout.
Azyel ne rétorqua pas, mais c’était surtout parce que Pelenor était de retour pour rendre le verdict de son dragon :
« Elle arrive. Essayez de bien vous tenir. »

Quelques heures plus tard, le dragon lié à Pelenor se posa parmi nous. Il s’agissait d’une dragonne de la nature, assez jeune mais déjà imposante, qui portait tous les traits caractéristiques de sa race. Sa peau était noueuse comme celle d’un vieux chêne et sa noble tête couverte de mousses et de lichens. Ses yeux brillants exprimaient une farouche détermination alors qu’elle sondait les environs de la crique. Elle revint vers nous après une demi-heure et exposa ses conclusions :
« La jeune fille qui fut enlevÉe par les humanistes Était lÀ, mais elle a de nouveau disparu. Il semble qu’ils aient rÉussi À ouvrir un portail pour un lieu indÉterminÉ.
— Cette diablerie ne semble pas très humaniste, déclara Azyel, pour une fois pragmatique. D’ordinaire, ils refusent la magie draconique.
La magie utilisÉe ici est pourtant d’origine draconique, c’est indÉniable, reprit le dragon. Cependant, elle semble diffÉrente de la sphÈre draconique habituelle… Je sens… Je sens… 
— Comme une vergence dans la Force, souffla Aléthéïos.
Euh… Oui, un peu comme ça. Le Dragon parut s’enfoncer dans ses pensées, et parler plus pour lui-même que pour ses auditeurs. On dirait une sphÈre inconnue. Peut-Être est-ce dÛ À »
Ses yeux dorés s’étaient tournés vers l’océan, où un grand nuage se déplaçait lentement.
— L’île de la Cité de la Magie. Elle est ici, n’est-ce pas ? demanda Aléthéïos.
Oui. Elle doit approcher de ces cÔtes en ce moment. Cet ÉvÉnement est peut-Être liÉ À notre affaire. Poursuivez vos investigations À Elya, vous semblez sur la bonne piste. Pour l’instant nous n’avons aucun moyen de dÉterminer où ils ont pu emmener cette jeune fille.
— Vous avez une idée de son identité ? demandai-je.
Il s’agit vraisemblablement de la Reine des Faës. Une crÉature de Heyra, immÉmoriale et intrinsÈquement attachÉe À la forÊt. La retrouver est la prioritÉ absolue. Nous vous avons envoyÉ quelques-uns de nos meilleurs ÉlÉments pour ce faire, ils devraient arriver incessamment À Elya.
— Comment allons nous rentrer ? demanda humblement Pelenor à son lien. Le bateau a coulé, et nous sommes à plusieurs jours de marche de la ville.
Pfff ! Tout ça pour faire une balade À dos de dragon. Franchement, c’est petit. Bon, allez, montez. »

Et le dragon de la nature nous laissa monter sur son dos, nous ramenant ainsi en quelques coups d’ailes jusqu’aux portes d’Elya. Nous le remerciâmes humblement et repartîmes en quête d’information.
Comme je me rendais au temple d’Heyra pour les génuflexions d’usage (et faire don de ma part du pillage du bateau, auquel avaient absolument tenu les autres membres de l’équipe), je tombai sur Vallach’. Manifestement sur un petit nuage, il me narra par le menu sa grande aventure avant que je n’aie le temps d’entamer la nôtre.
Il avait donc assisté au bal d’ouverture, au milieu de la multitude des malheureux rivaux. Quand la princesse était apparue au balcon, son cœur avait bondi dans sa poitrine. Il savait que c’était elle depuis le début (j’appris donc au passage que la princesse Nadia était la brune des deux, celle que nous avions rencontrée de nuit sur les toits de la ville). Comme le bal démarrait, il la laissa s’entretenir et danser quelques pas avec l’un ou l’autre, afin de lui laisser le loisir de mesurer l’écart de valeur entre lui et les différents prétendants. Puis il joua son atout maître et alla demander à l’orchestre de jouer la musique qu’il avait lui-même interprétée à la princesse lors de leur rencontre sur les toits, quelques jours plus tôt. La jeune noble sembla émue et accepta de bonne grâce son invitation à danser. Ils conversèrent des heures durant de sujets divers, et Vallach’ avait fini la danse sur un chaleureux et chaste baisemain. La classe incarnée, à l’en croire.
Il ne lui restait plus qu’à emporter le tournoi, une vétille de peu de conséquences selon lui. La plupart des adversaires n’avaient pas l’ombre d’une chance de l’emporter sur son art consommé de la rapière. Je lui répliquai toutefois que certains participants étaient de fines lames, voire de grosses lames à double tranchant, vorpales + 4 à deux mains avec bonus aux dégâts et option buveuse d’âmes, sans compter les bûcherons venus tenter leur chance à coups de hache, les filous à la dague agile, les vétérans au curriculum bourré de XP, etc. En bref, le seul contre lequel il avait une réelle chance de l’emporter, à mon avis, était le ménestrel amoureux, qui semblait beaucoup plus à l’aise avec un luth qu’avec une épée.
Nous en étions là de la conversation (qui ne risquait pas de s’envenimer, le faisan n’entendant que ce qu’il avait envie d’entendre) quand nous rejoignîmes les autres à l’Anguille Crevée.

Personne n’avait perdu son temps, en particulier Aléthéïos qui était retourné s’entretenir avec Gorak le Borgne. Bien sûr, Azyel y trouva à redire :
« Quoi ? Tu es allé voir cette créature ?
— Ben quoi ? C’est un drags, de quoi tu te plains ? répondit le mage des rêves, amusé une fois de plus par le comportement un peu excessif de son confrère.
— Un dragon de la fatalité, que peut-il bien nous apprendre ? On sait bien que lui et ses pareils cultivent le mensonge, la félonie et le doute comme d’autres les navets ! Quelle caution apporter à ses racontars ?
— Il est au courant de la plupart des combines qui se déroulent dans cette ville et, crois-moi, il n’avait pas de raison de me mentir. Comme tu le dis si bien, les fatalistes ne mentent qu’à dessein.
— Peut-être désire-t-il nous envoyer sur une fausse piste.
— Il m’a juste appris qu’un client du prince Argen de Jaspor était en train de monter une petite milice privée, qu’il compte louer un bon prix lorsque les temps se feront plus incertains.
— C’est la destination finale des épées que nous avons interceptées l’autre jour sur le port ? demanda Pelenor.
— Exactement.
— Ça se tient, commenta Galaad. Avec la guerre qui commence à poindre à l’horizon, une milice bien entraînée pourrait faire pencher la balance. As-tu le nom de ce client ?
— Malheureusement non. Cependant, une autre possibilité peut venir à l’esprit…
— Celle d’une milice armée spécialement pour un coup d’État, reprit Pelenor. Il ne faudrait pas oublier le contexte local. Un des prétendants serait bien inspiré de profiter du trouble actuel pour imposer à la princesse un époux moins romantique mais mieux armé.
— Palsambleu, cela est hors de question ! s’exclama Vallach’ en tapant du poing sur la table, se ruinant au moins deux phalanges. Moi vivant, la princesse n’épousera pas un malotru de cette espèce ! Sa main se doit de revenir au plus noble des prétendants, qui l’aura conquise par sa grandeur d’âme et sa vaillance à l’épée, et non à un butor juste bon à payer des soldats et…
— Oui, oui, on a compris, tu peux te rasseoir, pas la peine d’expliquer ça à toute la taverne !
— Euh, oui, tu as raison Fagus, convint doucement le faisan avant de se poser sur sa chaise. C’est que j’ai grand-hâte que le tournoi commence, j’en ai des fourmis dans ma rapière.
— Et nous donc, s’exclamèrent conjointement Azyel, Pelenor et Galaad !
— Qu’est-ce à dire ? demanda Vallach’ alors qu’un doute affreux lui venait subitement.
— Ben tu crois quand même pas t’amuser sans nous ? On participe au tournoi, on s’est inscrits tout à l’heure.
— Beuh ?
— T’inquiète, c’est pas pour les beaux yeux de la princesse, rassura Pelenor.
— Ce serait plutôt pour ses suivantes, si tu vois ce que je veux dire… poursuivit Galaad, un sourire en coin.
— Mais… Heu… bafouilla le courtisan, qui n’avait pas prévu ce cas de figure. Et toi, Azyel ? La magie est interdite dans ces combats, non ?
— J’ai une épée, et la manie plutôt adroitement.
— Oh, oh, notre mage va tâter du vrai combat, celui où on est à moins de quinze mètres de l’adversaire, plaisanta Galaad. Et quel est le nom de la belle pour laquelle tu vas concourir ? Moi, c’est Sidney, la première suivante de la princesse. Celle qui l’accompagnait lors de votre dernier rendez-vous secret, Vallach’.
— Et la mienne, reprit Pelenor, c’est Ingrid, troisième suivante. La blonde à qui tu as chanté la sérénade en pensant que c’était la princesse.
— Quoi ? Mais comment ? Où ? Quand…? »
Vallach’ ne savait plus quelle question poser tant il était bouche bée. Comme je me questionnais sur l’origine de ces étranges prénoms, il réussit à articuler :
« Où et quand avez-vous rencontré ces filles ?
— Bah tout à l’heure. On a raté le bal, alors le premier truc qu’on a fait c’est aller traîner près du château pour prendre des nouvelles fraîches, et on les a rencontrées plus ou moins par hasard.
— Plus ou moins ?
— Ouais, c’est ça. On a vite entamé la conversation et bon, faut dire qu’on est quand même des combattants enquêtant sur une affaire secrète concernant la couronne, ça aide niveau chasse.
— Enfin, remarqua Pelenor en regardant Galaad, ça a moyennement marché avec ta Sidney. Elle avait pas l’air ultra emballé.
— Attends qu’elle m’ait vu combattre, répliqua le protecteur. Bon, et toi, Azyel, pour qui vas-tu combattre ?
— Elle a pour initiales XP, et je ne me bats pour nulle autre, répondit le mage du feu.
— Évidemment, toujours pareil avec les grobills !
— Quoi ? Qui est un grobill ? »
La conversation, qui avait déjà passablement dérivé, partit donc sur la définition du grobill et sur la question de l’appartenance d’Azyel à cette peu reluisante catégorie sociale. L’issue du débat ne faisant pour moi aucun doute, je me mis à discuter avec Thallia, la brune consœur d’Aléthéïos qui avait assisté à toute la conversation sans mot dire, à l’image du souriant mago. Sa beauté froide me fascinait et sa conversation me fit vite comprendre quel monument d’érudition elle était. Je lui proposai d’aller se promener le lendemain sur le marché qui aurait lieu au cours du tournoi, ce qu’elle accepta de bonne grâce, pour peu que je la laissasse assister aux joutes. L’affaire paraissait bien engagée…