27 janvier 2014

Demain, ça recommence

http://www.24hdelabandedessinee.com/spip/spip.php?page=participant&id=12208

Pour aller voir ma production, cliquez sur l'image.
J'essaierai comme tous les ans d'uploader au fur et à mesure mes planches, je promets rien, mais cette année je suis dans les meilleures conditions possibles, donc ça devrait être cool. 
Rendez-vous demain dès 15 h (enfin, n'attendez pas des planches dès 15 h, hein, faut pas rêver !)

24 janvier 2014

Pour toutes les alti



Cette semaine j'étais en bouclage, une période traditionnellement assez chaude dans la presse, alors j'ai pas trop pu dessiner. Je vous laisse donc profiter de cette version "spéciale alto" de la chanson phare de Frozen, que j'aime bien, parce que j'ai des goûts assez simples en matière de pop. 

(Pour ceux qui ne seraient pas musiciens, une alto est une chanteuse à la voix grave, par opposition à une soprano qui chante dans les aigus.)

22 janvier 2014

Ça bouge à Angougou



Je ne suis pas un exégète de la bande dessinée. Tout au plus un amateur éclairé. J’en lis depuis toujours, je ne suis pas réfractaire à un genre en particulier, pourtant il y a de nombreux auteurs « incontournables » que j’ai contournés, pour mille raisons. Je n’ai jamais lu Mœbius. Je connais mal Druillet. Blutch m’intéresse mais ne m’a jamais emballé. Les exactions graphiques de Bilal ne m’arrachent qu’une demi-molle. Bref, je ne suis pas un expert.
Pourtant, dans mon groupe d’amis, que j’ai la vanité de qualifier de vaste, je suis considéré comme l’homme-référence dans le domaine. Quand il est question de BD, on se retourne vers moi. Même mes amis graphistes ou dessinateurs (-trices en l’occurrence) écoutent mon opinion avec intérêt et, si nous ne sommes pas toujours d’accord, mon avis est entendu avec respect. 
Tout ça pour vous situer ma légitimité sur le sujet. Je n’ai pas rédigé de thèse, mais j’ai une vision qui est jugée pertinente et représentative d’un grand public impliqué.
Sachant cela, revenons un an en arrière, pendant l’hiver 2013. Pour la première fois l’Académie du Grand Prix du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (le mot important ici est « international », mais je vais y revenir) a jugé bon de demander son avis à la profession.

 
L'affiche du festival 2014, dessinée par Willem, donc. J'aime bien en fait.
Oui parce que jusque-là, le Grand Prix du festival (c’est-à-dire le président du festival suivant, qui se voit notamment décerner une exposition) était nommé unilatéralement par « l’Académie », un collège de sommités (anciens Grands Prix eux-mêmes). J’ai d’ailleurs un immense respect pour l’œuvre de la plupart de ces auteurs, parmi lesquels on compte Goossens, Trondheim, Cestac, Baru, Pétillon, Schuiten…
Or, l’an dernier, quelqu’un s’est dit que, peut-être, l’ensemble des professionnels du 9e art aurait une vision aussi pertinente que celle d’une vingtaine de vieux barbons, qui pour estimables qu’ils soient n’étaient pas forcément très au courant des évolutions de leur média. La preuve, s’il en fallait une : l’absence remarquable de Japonais dans le palmarès, alors même que le manga connait un succès de librairie proprement délirant depuis quinze ans (en 2012, 10 mangas représentaient à eux seuls 50 % des ventes de BD en France). Depuis 1974 et le premier Grand Prix (Franquin, loué soit son nom), on dénombrait trois Américains (Eisner, Crumb et Spiegelman), un Argentin (Muñoz), un Italien (Pratt), un Suisse (Zep)… et le reste réparti entre la France et la Belgique. 

Le Mal, dans toute sa fourbe incarnation.

Ainsi, en 2013, le scrutin fut-il scindé en deux collèges : les vingt-cinq académiciens d’un côté, et les deux mille huit cents professionnels de la BD de l’autre. Les voix étant pondérées sur une base de 50/50, donc aussi équitable qu’une élection de sénateurs. 
Je prenais (à dessein, car je suis fourbe comme un journaliste) l’exemple des auteurs japonais privés de Grand Prix : eh bien qui croyez-vous qui soit arrivé en tête de l’élection par les professionnels en 2013 ? Akira Toriyama, mangaka émérite et célébrissime auteur de Dragon Ball et de Dr. Slump. Et que se passa-t-il ? L’Académie prit acte de ce choix, le jugea mal à propos et, telle une Assemblée nationale sarkozyenne face à un rejet massif du TCE par référendum, élut Willem.

Qui ça ? Willem ! Lui, là !

Et là, à ma grande honte, je dois admettre que je ne connais pas Willem. Je m’y connais en BD, plus que bien des gens, mais je ne connais pas Willem. Et si je ne me vante certainement pas de mon inculture, j'ose penser que beaucoup d’autres ne connaissent pas Willem. Ce monsieur a certainement une formidable carrière, il est sans nul doute un grand auteur, artiste et tutti quanti, mais je ne le connais pas, je n’ai même pas idée de son style, de son genre de prédilection… Une rapide recherche m’apprend qu’il est néerlandais, que c’est un satiriste qui a beaucoup bossé pour Charlie Hebdo… Et là je ne peux pas m'empêcher de penser : ben oui, on va quand même pas élire un Japonais qui dessine des cacas souriants alors qu’il reste encore quelques grands noms de la BD européenne qu’on n’a pas sanctifiés ! Et qu’importe que le grand public n’ait aucune idée de qui il s’agit. La BD, c’est une affaire sérieuse, c’est de l’art, et l’art c’est pas pour le grand public.
Était-ce l’intention de l’Académie que de me faire penser cela ? Sans doute pas. Mais c’est ainsi que son choix a été ressenti, et elle l’a payé cher. L’Académie vient d’être dissoute. Les membres, sentant que le moment était venu de se retirer, l’ont fait avec le  panache qui leur restait, désertant le navire avant qu’il ne soit torpillé. Désormais c’est un vote de la profession qui élira le Grand Prix du festival. Un vote dont le premier tour vient de donner en ballotage : Katsuhiro Otomo, Bill Watterson et Alan Moore. Des auteurs dont, étonnamment, la qualité de l’œuvre (tant sur la forme que sur le fond) n’a pas empêché l’adhésion pleine et entière du grand public. Des auteurs, étonnamment là aussi, non franco-belges. Après des années d’une quasi-hégémonie héritée d’un temps où la « bande dessinée noble » étaient coincée entre Bruxelles, Marcinelle et Paris, le Grand Prix du festival international de la BD commence à mériter son adjectif. J’aime bien cette idée.

C'est pas un podium qui a de la gueule, ça, nom de nom ?

20 janvier 2014

Au revoir 3615...


Après deux ans de franche rigolade, le 3615 Usul s'en est allé. Avec Crossed, ça aura vraiment été mon émission préférée de ces deux dernières années, un rendez-vous hebdomadaire rarement décevant, plein d'intelligence, d'analyse plutôt fine sur le jeu vidéo en particulier et la société en général. Usul, le Petit Gros et toute leur équipe (qui a rallié à moment donné celle du Joueur du Grenier) ont parodié autant Norman fait des vidéos que Le Dessous des cartes, autant La Chanson du Dimanche que Georges Brassens, en s'efforçant en permanence de faire réfléchir leurs spectateurs sans jamais les prendre pour des imbéciles. Et rien que pour ce dernier point ils méritent le respect. 
Le dernier épisode traite en plus d'un sujet particulièrement intéressant : la presse (jeu vidéo, mais croyez-moi il y aurait de quoi extrapoler à la presse plus généraliste). Et ça brasse large.


3615 Usul, c'était pertinent sur le fond et hilarant dans la forme. J'attends impatiemment les prochaines vidéos d'Usul, sur les jeux vidéo et (surtout) sur autre chose. Bon vent à lui !

17 janvier 2014

Chroniques du monde secret (14)

Mais je suis quand même fier d'avoir montré le jeu à ma mère (qui pense définitivement que je suis un cinglé accro au jeu, mais au moins elle sait que je suis pas tout seul).

13 janvier 2014

Crève donc pas de faim !


Pour ceux qui connaîtraient pas, Don't Starve est un jeu "sandbox", un peu à la Minecraft, c'est-à-dire un jeu où votre personnage est largué dans un monde ouvert où vous pouvez faire un peu ce que vous voulez. Ici, notamment, vous pouvez librement crever de faim, ou de froid, ou bouffé, ou massacré par les diverses bestioles du coin...

L'ambiance timburtonesque est très sympa, mais plutôt que de vous en parler longuement, je vous laisse avec Usul qui fait ça mieux que moi (c'est cette vidéo qui m'a donné envie d'y jouer, car je n'ai aucun self-control).

Usul qui, à l'instar d'Escale à Nanarland et de Mr. Vert, a annoncé qu'il arrêtait son émission. Monde de merde !

08 janvier 2014

L'Arrière-Cuisine




Il y a quelque temps un ami musicien m'a proposé de participer à une expo pour les dix ans de son groupe. Ces dessins ont été exposés au KaRma, bar bien connu des habitués d'Angoulême, et je n'ai jamais pris le temps de les poster ici, c'est donc chose faite.

Ah, et le groupe c'est L'Arrière-Cuisine (leur page Facebook), et c'est quand même plutôt sympa.