29 octobre 2014

Brisefer, c'est un nom nain non ?

En allant voir Hippocrate (que je vous conseille), je suis tombé sur la bande-annonce de Benoît Brisefer, sous-titré Les Taxis rouges (ce qui sous-entend j'imagine qu'ils envisagent déjà des suites).
Et... bon, déjà la BA :




Alors, pour être sincère, ça n'a pas l'air si pire. Je veux dire, ça a l'air d'un sale produit calibré pour gosses niais, mais ça reste moins profanateur que les Schtroumpfs par exemple. Gérard Jugnot ressemble effectivement à Dussiflard, et le réal a l'air d'avoir tenu à recréer l'ambiance visuelle de la BD (décors, époque, couleurs...).

Mais merde, à quoi ça sert ? Je veux dire, j'adore Peyo, j'ai appris à lire avec Peyo, je vénère les Schtroumpfs et Johan et Pirlouit. Benoît Brisefer ? Ouais, j'aime bien. Surtout pour le personnage principal, qui a ce côté gentil garçon aimable, très poli, calme et assez naïf,  comme aucun gamin n'a jamais été en vrai et comme surtout plus aucun gamin actuel n'est du tout ! Benoît Brisefer évolue dans la même époque que Boule et Bill, et ça le rend aujourd'hui très daté, même si les histoires de Peyo fonctionnent toujours (il faut dire que contrairement à Boule et Bill, chez Peyo, on est plus dans le personnage du gosse sans parents qui vit des aventures, c'est de suite plus porteur en termes narratifs). Ce Benoît-ci ne respire pas la naïveté, il a surtout l'air agaçant. 
Et un peu glauque aussi. Parce que je sais pas vous, mais les scènes où on voit un Benoît à l'évidence en images de synthèse sauter de toit en toit ou courir sur les murs me plongent en pleine uncanny valley*, j'ai l'impression de voir la gamine de The Ring faire des acrobaties terrifiantes en jump cut...

Et puis surtout, j'ai très peur qu'ils finissent par adapter Johan et Pirlouit avec Michael Youn et Passe-Partout. Ça, ça me fait flipper.

* L'uncanny valley, c'est ce domaine des effets spéciaux où les personnages de synthèse sont  réalistes, mais pas assez pour qu'on y croit entièrement, ce qui rend chaque petite imperfection monstrueuse... c'est très déstabilisant.

27 octobre 2014

Vampire slaying


Bientôt vingt ans et pas une ride !
Même après Dexter, Sherlock, The Office, Game of Thrones, Castle, House, Malcolm in the Middle, The Big Bang Theory et toutes les séries excellentes sorties depuis, Buffy the Vampire Slayer reste une des œuvres télévisuelles les plus cultes que j'aie vues. 

On s'est dernièrement fait une petite soirée où on a redécouvert les quatre premiers épisodes. Et même si les effets spéciaux font un peu cheapos, ça reste d'une écriture, d'une intelligence et d'une drôlerie rarement atteintes par la suite.

Tiens, d'ailleurs :

Probablement ma prochaine lecture !

17 octobre 2014

Tribute to... Alby's Hobbies


Parmi tous les trucs barges que j'aie pu voir sur la toile ces derniers temps, voici clairement l'émission la plus WTF.

Alby's Hobbies, vu de loin, c'est une espèce de tuto bricolage destiné aux enfants et présenté par un type déguisé en Albator. Vu d'un tout petit peu plus près, c'est un amas d'absurdités délirantes, foisonnantes et vaguement flippantes qui s'enchaînent à une vitesse surréaliste.

Alby's Hobbies est aussi drôle qu'angoissant. Aussi grotesque que malsain. Alby's Hobbies est une émission qui m'aurait terrifié étant gosse, avec son esthétique d'enfant traumatisé et sa mise en scène à l'emporte-pièce, et qui me fascine complètement aujourd'hui. Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de découvrir une nouvelle forme d'humour. Ni qu'on se retrouve devant ce qu'aurait réalisé le fils du tueur de Se7en s'il avait eu un blog. 

En poussant son concept à l'extrême, en mêlant de la pop culture, un imaginaire flippogène et un timing comique étonnamment maîtrisé, les auteurs de la série Pierre Grenier et Marc Cluchier ont réussi un pari de dingue. J'espère vraiment qu'ils continueront, cet ovni mérite de trouver son public. 

Allez, comme je suis méchant, voici l'épisode 1. Si vous n'êtes pas conquis... ben je peux pas vous en vouloir, c'est quand même salement barré. Mais si ça vous intrigue, allez jeter un coup d’œil aux suivants, vous ne serez pas déçus.


15 octobre 2014

Sévice à thé



Bon, en vrai, j'ai eu une marque sombre sur la tronche pendant une semaine ou deux, puis ça a pelé en gros lambeaux et plus rien. Mais quand même, on a eu un peu peur.

13 octobre 2014

Week-end...

Bon ben ce week-end, j'étais en week-end en province (brrrr), donc pas de dessins.
Bon, allez, juste quelque bricoles :

À deux cents mètres de chez moi, les ravages de la méthode globale.

 Aaaah, The Secret World. Alors, cet adorable chiot que vous voyez là est le Hurleur de la Fin, et comme l'indique la petite icône à gauche de son nom c'est un "boss rare", un monstre qui apparaît ponctuellement dans le jeu. Ces derniers temps on chasse pas mal le boss rare, et celui-ci est assez bien planqué, donc je suis content de l'avoir trouvé (et dézingué, cela va sans dire). 
Notez que là, il est loin, c'est pour ça qu'il a l'air petit. En vrai il est plus gros que mon perso.


Sinon, depuis jeudi c'est le "week-end doré", qui inclut notamment l'event "Gilded Rage". Au cours de cet event, d'immenses golems dorés se baladent sur les maps et il faut (pour changer) se regrouper à une quarantaine pour les nitrater à coup de bastos. Ça prend au moins dix bonnes minutes par golem, et de temps en temps, on récupère en les tuant un fragment de "shem du métal solaire". Il y a six morceaux en tout, et ça m'a pris une bonne vingtaine de golems pour tous les collecter.

Et une fois assemblés (oui, ça c'est la fenêtre de craft du jeu), vous obtenez un mignon petit shem du métal solaire, c'est-à-dire un petit golem doré qui vous suit partout. Ça ne sert à rien (à part à augmenter le lag), c'est assez moche, mais c'est cool quand, comme moi, on est un peu collectionneur de saloperies. Donc je suis content. Bonne semaine à tous !

10 octobre 2014

Le retour d'Achille



Je suis tombé sans trop faire exprès sur cette BD lors d'une de mes désormais rares visites en boutique spécialisée (je lis plus trop en ce moment, ça reviendra sans doute). Je suis un grand fan de l’œuvre de Greg, et plus particulièrement d’Achille Talon*, et j’adore Fabcaro, j’ai donc acheté les yeux fermés.

J’ai eu tort, et j’en suis bien triste.

Je suis triste car à la lecture, j’ai la terrible impression que Fabcaro n’a pas compris ce qui était drôle dans Achille Talon. Bien sûr, Greg était connu pour ses dialogues au kilomètre, mais, et je dois insister sur ce point qui me semble mal compris, l’humour dans Achille Talon ne repose pas sur le fait que les protagonistes parlent beaucoup. Ni sur le fait qu’ils soient polis. Bien sûr ça y participe, mais le gag lui-même ne repose jamais sur le fait que le dialogue est long et ampoulé. Pour la bonne raison que tout le monde, dans les BD de Greg, parle beaucoup et savamment, il n'y a donc pas de décalage propice au gag de ce côté-là (sur le ton : 
« Goûtez-vous, mon avis, la suavité de cet air vespéral ? Le sublime ne le dispute-t-il pas à l'absurdement magique ? - Ouais, classe. ») Greg construisait de vrais gags, la prolixité des personnages n’était qu’un habillage original, jamais le moteur de l’humour.

Ici, Fabcaro construit la plupart de ses historiettes sur un principe unique : Talon parle beaucoup et est très courtois, le reste du monde, non. Ça revient à penser que l’humour d’Astérix consiste en tout et pour tout à mettre « -ix » à la fin de tous les noms propres. L’auteur suit un fil rouge simple, consistant à confronter Talon au monde moderne (portables, Internet, fast-food…), mais tombe assez vite dans la répétition : Talon découvre un concept (le SMS, le mail…), en fait des caisses sur le mode « oh là là que c’est extraordinaire cette modernité » sans vraiment rien y comprendre, et se la prend dans les dents au final. Ce n'est jamais vraiment nul, hein, mais ce n'est pas vraiment le Achille Talon que j'aime.

Je crois que ce qui m'ennuie, c'est que l'auteur semble partir du postulat que Talon est antipathique. Or (mais peut-être ai-je pris de travers les BD de Greg), pour moi Talon est un personnage éminemment sympathique, avec du caractère, une personnalité bien à lui, une fatuité bon enfant... j'aime Achille Talon pour ses qualités : c'est un homme bien avec des défauts. Ici, j'ai l'impression qu'on nous le vend comme un imbécile parlant bien. À l'arrivée, il a l’air plus bête que fat, plus idiot que suffisant, plus pompeux que pédant. Ce n’est pas la même chose. En outre, et c’était le risque avec un sujet pareil, on a droit à des gags souvent simplistes et instantanément datés (du type « j’ai envoyé un SMS trop long, ou trop vite, oh la la que vais-je faire ? » ou bien
« Qu'est-ce que c'est exactement que cet Internet ? »... ma mère va sur Internet, ma grand-mère envoie des SMS, ça n'a plus grand-chose de risible).

Bref, c’est à mon avis raté** (à mon avis, hein, car plein de critiques ont l'air de s'en satisfaire - il faut dire que les reprises précédentes de la licence étaient encore moins enthousiasmantes), et ça m’attriste, parce que c’est le premier Fabcaro qui me déçoit. Dommage.

* Mais aussi de Quentin Gentil et les As, BD moins connue sur une bande de gamins vivant de sympathiques aventures, et de son extraordinaire reprise de Zig et Puce, qui redonne un souffle fabuleux à un des plus vieux titres du 9e art.

** Je n'ai rien dit du dessin, c'est qu'il n'y a rien à en dire : Serge Carrère (Léo Loden) fait bien son boulot, les personnages sont là, on les reconnaît, ce n'est ni du Greg ni une trahison, ça me va. 

08 octobre 2014

La berceuse de Cersei


C


C'est un très beau chant baroque que Le roi a fait battre tambour, qu'un petit groupe a magnifiquement réussi pendant notre concert, mais c'est vrai qu'il est difficile de ne pas penser à la joie de vivre et à l'optimisme de G. R. R. Martin. 

Bon, j'ai fini la saison 4 de Game of Thrones et mon CDD à temps plein, je devrais donc avoir un peu plus de temps pour le blog (car il ne vous aura pas échappé que j'étais un peu à la ramasse ces derniers temps).